L’art du meurtre de Chrystel Duchamp

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : L’art du meurtre
Auteur : Chrystel Duchamp
Éditeur grand format : L’Archipel
Date de sortie grand format : 16 janvier 2020
Nombre de pages : 272 pages

Résumé : Le corps de Franck Tardy, avocat à la retraite, est retrouvé dans son luxueux appartement du XVIe arrondissement. Il a été torturé, mutilé, puis assis à une table dressée pour un banquet. Un crime de toute beauté !

Dépêchée sur place, l’équipe de la PJ découvre que l’homme – un collectionneur – fréquentait les clubs sadomasochistes de la capitale. Et que, malgré sa fortune, il était à court de liquidités.

Quand le corps d’un autre amateur d’art – dont la mort a été soigneusement mise en scène – est retrouvé, le doute n’est pas permis : un tueur en série est à l’œuvre.

Pour le lieutenant Audrey Durand, cette enquête dans le monde de l’art contemporain sera-t-elle l’occasion de faire taire ses démons, ou se transformera-t-elle en une plongée hypnotique aux confins de la folie ?

Ce que j’en ai pensé

Le titre parfait d’un polar parfait ! L’art du meurtre ou le meurtre dans l’art. Chrystel Duchamp manipule les deux styles avec panache !

Ne vous inquiétez pas, si vous ne connaissez que La Joconde de nom, que l’art ne vous passionne pas, vous ne serez pas perdu dans ce roman court ou rien n’est laissé au hasard. L’auteure ne cible pas que les aficionados des musées et oeuvres d’art mais plutôt tous les lecteurs de polars un peu sanglants, avec des belles scènes de crime, juste ce qu’il faut !

Audrey Durand, lieutenant au New 36, a laissé tomber ses études d’art au Louvre pour devenir flic comme son défunt père. Et ses anciennes études seront un atout majeur dans cette folle enquête macabre ! Audrey est la version féminine du flic alcoolo, fumeur de joint et collectionneur de coup d’un soir. Pour une fois que le cliché tombe sur une femme dans un polar, ça fait du bien !

Dès le début du récit, Audrey, encore un peu grammée de sa nuit, arrive dans un appartement huppé du XVIe arrondissement pour y découvrir l’horreur. Un éminent avocat a été retrouvé mort, nu, attablé et lacéré de griffes et coups de couteau. C’était un gros client d’un club SM du coin et l’enquête se dirige dans les bas-fonds de la société. Sexe, drogue, art, salles de vente, cadavres à la pelle. Tout est bon dans ce polar artistique qui dépote, concocté de main de maître par cette jeune auteure, à suivre sans faute !