Le journal de Claire Cassidy d’Elly Griffiths

Ma note : 3,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Le journal de Claire Cassidy
Auteur : Elly Griffiths
Éditeur grand format : Hugo Thriller
Date de sortie grand format : 2 janvier 2020
Nombre de pages : 444 pages

Résumé : Dans le collège anglais où elle enseigne, Claire Cassidy donne chaque année un cours sur un classique de la littérature gothique,  » L’Inconnu « , de R.M. Holland. Cet écrivain a vécu et enseigné dans le même collège que Claire, qui, fascinée par ce personnage qui hante encore les murs de l’établissement, travaille à l’écriture de sa biographie. Mais un jour, Ella, sa collègue et amie est retrouvée morte. À côté de son corps, une citation de  » L’Inconnu « …

La littérature et la vraie vie entrent alors en collision, et Claire devient suspecte aux yeux de la police. Et le mystère s’épaissit lorsqu’elle ouvre son journal intime, ce journal dans lequel elle écrit chaque jour, et découvre une écriture qui n’est pas la sienne :  » Bonjour, Claire. Tu ne me connais pas.  » L’Inconnu, lui, connaît Claire, jusqu’à ses moindres secrets, et il n’est visiblement pas étranger aux meurtres qui vont se succéder au sein même du collège, toujours inspirés du livre de R.M. Holland. Claire arrivera-t-elle à changer la fin de l’histoire ?

Ce que j’en ai pensé

Le journal de Claire Cassidy est un thriller de l’auteure Elly Griffiths, assez peu connue en France. Elle est pourtant l’auteure d’une quinzaine de thrillers en Angleterre. Ce roman qui vient de sortir chez Hugo Thriller fait partie de la sélection pour le Prix Douglas Kennedy 2020.

Elly Griffiths revisite le roman gothique avec le personnage de Claire Cassidy, prof d’anglais dans un collège du Sussex et fan de romans gothiques et victoriens. Claire vit avec sa fille et son chien. Elle enseigne là où l’auteur fictif RM Holland a vécu, le collège de Talgarth High. Un auteur qui la fascine tant par sa vie étrange et mystérieuse que par ses écrits. Elle a pour projet d’écrire sa première biographie… jusqu’au jour où sa vie s’effondre après le meurtre sanglant de son amie et collègue, Ella. Un autre meurtre suit et la ressemblance avec un des écrits de l’auteur fictif du récit est mis en avant.

Le récit alterne les points de vue de trois personnages clefs. Claire, sa fille Georgia et l’inspectrice Harbinder Kaur, chargée de l’enquête. On a aussi des extrait de la nouvelle L’inconnu de RM Holland et du journal de Claire bien entendu. Ce journal est d’ailleurs une pièce essentielle à l’enquête car il est alimenté par le tueur en plus de Claire ! Il y glisse des petits mots à son intention mais le résultat est plus effrayant qu’autre chose !

Tous les éléments étaient réunis pour que je passe un bon moment. Elly Griffiths a beaucoup d’humour et j’ai souvent ri ou souri. L’atmosphère des écoles et universités anglaises est bien retranscrite. Le fog anglais aussi ! Pour ça, on est vraiment au cœur de l’histoire et carrément dans l’ambiance !

Mais des répétitions, pas toujours nécessaires à mon sens, reprises dans les différents points de vue des personnages, le manque d’informations sur LE mystère RM Holland et sa femme décédée (sujet qui fait débat dans le milieu et jusqu’à Cambridge), la vie intime de Claire Cassidy qui n’est plus développée et qui reste en plan à la fin et le côté mystique/sorcellerie/esprits chez les ados du collège ont entaché mon plaisir de lecture. La fin un peu rocambolesque aussi d’ailleurs. Mais peut-être que tout cela est dû à une imitation du style gothique Ui, comme Claire le précise, fait tout par trois.

Attention, ce n’est que mon humble avis et il va à l’encontre des premiers retours plutôt positifs sur ce roman !