Blessures invisibles d’Isabelle Villain

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Blessures invisibles
Auteur : Isabelle Villain
Éditeur poche : Taurnada
Date de sortie poche : 9 janvier 2020
Nombre de pages : 256 pages

Résumé : Le major Maraval est retrouvé mort à son domicile, une balle dans la tête, son arme à la main.
La thèse du suicide est pourtant très vite abandonnée par le groupe du commandant Rebecca de Lost, et les pistes militaires et familiales se multiplient.
Dans le même temps, le « tueur au marteau », demeuré silencieux depuis l’enterrement du capitaine Atlan, décide de reprendre du service.
Deux enquêtes sous haute tension. Un final explosif !

Ce que j’en ai pensé

Le dernier roman d’Isabelle Villain aborde le tabou du Syndrome du Stress Post Traumatique dans le monde de l’armée. Une blessure invisible qui a du mal à exister dans ce milieu macho et couillu où si le mal ne se voit pas, il n’existe pas. Dans la vie en dehors de l’armée ce n’est pas un sujet gagné d’avance non plus !

Lorsqu’un militaire se suicide de manière un peu louche, l’affaire est immédiatement confiée au groupe de Rébecca de Lost. Hélas, je n’ai pas lu Mauvais genre, le roman précédent de l’auteure où on retrouvait Rébecca et les autres. J’ai senti qu’il me manquait des détails mais l’essentiel est rappelé ici pour que les histoires personnelles fassent sens et ma lecture n’a pas été trop perturbée. De plus, le rythme du récit et de l’enquête ne laisse pas trop le temps de s’attarder sur ces « détails », qui n’en sont peut-être pas pour les lecteurs assidus de l’auteure.

En parallèle de l’enquête principale mouvementée du faux suicide (ou pas ? Ou finalement si ?), on a le « tueur au marteau » qui reprend du service. Il a tué 10 femmes il y a 8 ans et remet le couvert ! Son mode op ? Il écrase les doigts de ses victimes avant de les asphyxier avec un sac plastique. Alors oui il y a des scènes bien trashs mais bien dosées, ni trop ni pas assez. On ne plonge pas dans la surenchère de la violence et ça donne un récit qui tabasse bien ! Bref, la bonne recette avec les bons ingrédients !

Et ce final ! Il m’a eue ! J’ai suspecté quasiment tout le monde. Avec conviction, en me rappelant certains passages ! Et j’ai perdu ! Et ça, j’adore !!