Vík de Ragnar Jónasson

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Vík
Auteur : Ragnar Jónasson
Éditeur grand format : La Martinière
Date de sortie grand format : 3 octobre 2019
Nombre de pages : 304 pages

Résumé : Quand les Dix petits nègres rencontre le meilleur du polar islandais.

Des années ont passé avant qu’Ásta ne se décide à remettre les pieds à Kálfshamarsvík, à l’extrême nord de l’Islande. Là-bas, c’est comme si le temps avait tout figé : le phare, la maison qui surplombe la baie (vík, en islandais), ses rares habitants. Et le retour de la jeune femme n’est pas perçu d’un bon œil.
Quand, quelques jours avant Noël, le corps d’Ásta est retrouvé au pied de la falaise, l’inspecteur Ari Thór est dépêché sur les lieux. Dans cette contrée perdue, l’étau se resserre inévitablement sur une poignée de suspects. Mais la vérité est peut-être à chercher ailleurs, dans un passé aux résonances morbides, refoulé depuis près de vingt-cinq ans …

Ce que j’en ai pensé

Avec le froid qui s’installe, quoi de mieux que d’aller parcourir l’Islande avec pour guide Ragnar Jónasson, auteur de nombreux romans et traducteur islandais des oeuvres de la Reine du crime, Agatha Christie !

Vík est le quatrième roman de la saga Ari Thór mais le cinquième roman édité. L’ordre de parution ne suit pas la chronologie. Les précédents sont tous sortis chez Points et si je ne me trompe pas, l’ordre de lecture est Snój, Nátt, Sótt, Vík et Mörk. Mais ils peuvent tous se lire indépendamment, les enquêtes étant différentes dans chaque roman.

Probablement inspiré des romans d’Agatha Christie, on se retrouve ici dans un huis-clos avec une poignée de personnages aux traits de caractère bien trempés ! Une enquête que l’inspecteur récurent de la série va avoir du mal à résoudre sans compter que sa vie personnelle est également mise en avant (et si vous avez lu Mörk, je pense que vous devriez savoir pourquoi).

Encore une fois, après La dame de Rejkjavik qui m’avait fait découvrir la plume de l’auteur, je me replonge avec délice dans la douceur islandaise qui se détache complètement des romans « nordiques » que je trouve très géréralement trop lent à mon goût.

Note aux instagrammeurs.euses : surveillez mon calendrier de l’Avent si cet auteur vous plait !