Sleeping beauties de Stephen King et Owen King

Ma note : 3/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Sleeping beauties
Auteurs : Stephen King et Owen King
Éditeur grand format : Albin Michel
Date de sortie grand format : 7 mars 2018
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 4 septembre 2019
Nombre de pages : 960 pages

Résumé : Un phénomène inexplicable touche les femmes sur toute la planète : une sorte de cocon les enveloppe durant leur sommeil, et si l’on tente de les réveiller, on prend le risque de les transformer en véritables furies. Bientôt, presque toutes sont touchées par la fièvre Aurora, et le monde est livré à la violence masculine. À Dooling, petite ville des Appalaches, la mystérieuse Evie semble immunisée contre cette épidémie. Cas d’étude pour la science ou créature démoniaque, échappera-t-elle à la fureur des hommes privés soudainement de femmes ?

Ce que j’en ai pensé

Le postulat de base me plaisait beaucoup. Toutes les femmes sombrent dans un sommeil profond avec une sorte de cocon qui leur entoure la tête. Les réveiller les transforment en furies agressives et donc les hommes sont condamnés à rester entre eux. Mais que devient le Monde sans les femmes ? Comment la population s’agrandit et évolue ?

Le roman m’a plu jusqu’à ce qu’il devienne trop religieux et trop surréaliste pour moi. Contrairement à ce qui a été dit sur ce roman, pour moi, la réalité et le fantastique ne se mêlent pas subtilement. La cassure est nette et forte et l’univers créé est totalement imaginaire. Et comme je ne suis pas adepte des romans fantastiques et encore moins quand la religion y met son grain de sel, ce roman n’était pas pour moi.

Pour autant, ce travail à quatre main du Maître et son fils est un excellent exercice d’écriture, fluide et agréable à lire. Ils font la paire ! J’ai trouvé que le côté « horrifique » des femmes furies n’étaient pas assez poussé, surtout pour du King ! Par contre, j’ai aimé l’approche humaine et le questionnement des hommes qui se retrouvent sans femme. Certains (gros cons), abusifs et violents, d’autres plus intellectuels qui se demandent où va aller ce nouveau Monde et à partir de quand l’espèce humaine disparaîtra si ce mal étrange persiste. A double tranchant et à découvrir malgré mon avis très très mitigé.