Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Ce que tu as fait de moi
Auteur : Karine Giebel
Éditeur grand format : Belfond Noir
Date de sortie grand format : 21 novembre 2019
Nombre de pages : 552 pages

Résumé :

Personne n’est assez fort pour la vivre.
Personne n’est préparé à l’affronter, même si chacun la désire plus que tout.
La passion, la vraie…
Extrême.
Sans limites.
Sans règles.

On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul…

Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?

Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié.

Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?

Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin.

Ce que j’en ai pensé

La passion selon Giebel. C’est forcément une torture. Pour les personnages mais aussi pour nous. On le sait d’avance, on la connait. On sait que le moment va être douloureux pour tout le monde, surtout que ça commence par un interrogatoire.

Le commandant Richard Ménainville, boss des Stups et sa stagiaire lieutenant Laëtitia Graminsky sont chacun dans une pièce d’interrogatoire du commissariat où ils travaillent et dévoilent sans pudeur ni honte ni crainte la naissance de leur passion commune qui a mené au pire. Une passion impossible, une passion haineuse et violente, une passion passionnelle et hardente. Rien n’est ni noir ni gris clair (blanc ? jamais !) avec Karine Giebel mais tout est en nuance dans ce récit et l’affection va de l’un à l’autre. La compréhension et l’incompréhension. C’es quand même vachement plus du côté sombre de la Force de cette loi de l’attraction, vous vous en doutez !

Ce n’est pas mon préféré mais arriver après Toutes Blessent, la dernière tue, c’est compliqué aussi. La barre était au top du coup de coeur et j’attendais un degré identique de ressenti. Après quelques jours après la fin de ma lecture, je peux vous dire que oui j’ai aimé ce roman parce qu’il m’a torturé l’esprit et que je vais m’en souvenir longtemps !

Jusqu’où iriez-vous pour un amour passionnel impossible ?