Le Poète de Michael Connelly

Ma note : 5/5 coup de coeur

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Le Poète
Auteur : Michael Connelly
Éditeur grand format : Seuil
Date de sortie grand format : 7 mai 1997
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 6 septembre 2017 (réédition)
Nombre de pages : 768 pages

Résumé : Chroniqueur judiciaire, Jack McEvoy ne peut croire au suicide de son frère jumeau. Si Sean, inspecteur de police, s’est bien tiré une balle dans la bouche, que vient faire ce Hors de l’espace, hors du temps d’Edgar Allan Poe écrit sur le pare-brise de sa voiture ? Et pourquoi Rusher, un indic qu’il devait voir ce jour-là, reste-t-il introuvable ? En s’immisçant dans une base de données du FBI pour les besoins d’un article, McEvoy découvre avec stupéfaction que beaucoup de policiers se suicident et que le FBI mène l’enquête sur la mort de son frère. Il comprend alors que cette affaire est en passe de lui fournir son plus gros scoop sur des meurtres en série. Mais il pressent aussi qu’il est devenu la prochaine cible du suspect…
LE classique absolu pour les fans de romans policiers.

Ce que j’en ai pensé

La dernière phrase de la quatrième de couverture de mon édition du Livre de Poche résume parfaitement cette oeuvre : c’est LE classique à lire pour tout fan de polar qui se respecte !

Il me semble que c’est un des premiers à parler de serial killers (mais je n’ai pas vérifié). En tout cas, même si le roman a été publié dans le milieu des années 90, il reste aujourd’hui d’actualité, même sur des questions informatiques. Bien sûr, elles ont évoluées et le Dark Net n’existait pas mais il y avait d’autres moyens pour communiquer discrètement.

J’ai apprécié la préface de l’auteur présente dans cette édition où il explique que comme Jack McEvoy, son alter ego dans le roman, il est arrivé à un cap de sa vie où être chroniqueur judiciaire n’est pas ce qu’il souhaite être. Ce qu’il veut c’est être romancier à plein temps ! Et Michael Connelly le deviendra très vite grâce à tous ses best sellers.

Pour moi c’était une découverte de la plume de l’auteur et quelle découverte ! 750 pages où je me suis fait balader comme une bleue, totalement hapée par l’enquête menée de front par le journaliste Jack McEvoy et une équipe du FBI. Ils enquêtent sur des suicides de flics un peu louches (les suicides, pas les flics). Le journaliste vient de perdre son jumeau, Sean, flic suicidé mais il n’y croit pas et creuse suffisamment pour se rendre compte que la dernière phrase laissée par Sean avant de se tirer une balle est un extrait d’un poème d’Edgar Allan Poe. Il retrouve la même chose, mais une phrase différente dans un autre cas e suicide récent. La forte présence d’Edgar Poe est un des gros points qui m’ont fait adorer ce roman. Il est un des auteurs qui m’a fait aimer le noir quand j’ai commencé à lire des romans (avec les aventures de Sherlock Holmes).

Michael Connelly a le chic pour nous faire suivre de mauvaises pistes et le final m’a laissée sur le cul ! J’avais pressenti quelque chose mais j’étais à côté de la plaque et même très loin de la plaque ! Un pur classique qui se lit comme un roman d’aujourd’hui. Un roman qui a favorisé la sortie du genre « noir » des mauvais genres littéraires et un roman à lire absolument !