Et tout sera silence de Michel Moatti

Ma note : 4,75/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Et tout sera silence
Auteur : Michel Moatti
Éditeur grand format : Hervé Chopin Editions
Date de sortie grand format : 6 juin 2019
Nombre de pages : 320 pages

Résumé : Des femmes sont recrutées au fin fond de l’Europe par des organisations criminelles dont la violence est sans limite. L’une d’elle est retrouvée assassinée en Angleterre après avoir été au centre d’un scandale qui a éclaboussé un des plus hauts pairs du Royaume. La police, les médias et les réseaux sociaux se jettent alors sur l’affaire dans la plus grande confusion… Lynn Dunsday, Web-reporter à la plume unique et aux méthodes expéditives, cherche à mettre un peu d’ordre dans tout ça, avec pour seul indice le Polaroid sinistre de deux ados disparus.

Ce que j’en ai pensé

Enlèvements, trafic d’êtres humains, séquestrations, abus sexuels, meurtres… Il y a un monde à côté du nôtre, invisible, effrayant, silencieux et pourtant terriblement réel. Ça se passe aujourd’hui, en Europe, et tout le monde ferme les yeux. Alors il faut bien que quelqu’un en parle.

Cet extrait qui figure sur la 4e de couverture du grand format annonce la noirceur qu’on va retrouver dans cette fiction. Pour une fois, la note d’avertissement n’est pas en début de roman mais à la fin. Toutes les affaires citées dans le roman sont issues de vrais cas, même le plus petit détail de disparition. Et là ça renforce le côté glaçant.

En 2019, en Europe, on parle de trafics d’humains, de séquestrations de jeunes filles de l’Est, « préparées » et conditionnées à être soumises totalement à leurs maîtres pour être ensuite vendues en tant que prostituées dans les soirées chics ou dans des caves, selon.

On retrouve Lynn Dunsday qui a été présentée dans Tu n’auras pas peur, que je n’ai pas lu. Il n’est donc pas nécessaire de lire les deux romans dans l’ordre. Lynn est journaliste et vit ses enquêtes à fond, au point d’y risquer sa vie. Andy, flic à la Metropolitan Police de Londres est aussi sur l’affaire de trafics de jeunes filles. Le style journalistique de l’auteur se ressent fortement et renforce l’impression de réalité des enquêtes et des affaires sur lesquels travaillent nos deux protagonistes principaux.

Je ne peux que vous le conseiller pour sa force documentaire et pour la réalité dévoilée sans fard. C’est aussi terrifiant qu’un essai de Stéphane Bourgoin.