A la poursuite d’Agatha Christie d’Anne Martinetti

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : A la poursuite d’Agatha Christie
Auteur : Anne Martinetti
Éditeur grand format : Hugo & Cie, collection Hugo Image
Date de sortie grand format : 11 octobre 2018
Nombre de pages : 190 pages

Résumé : Globe-trotteuse infatigable, Agatha Christie a, durant sa vie entière, parcouru la planète et livré dans toute son oeuvre une vision clairvoyante et toujours originale du xxe siècle. Celle qui apprit à nager à Dinard à l’âge de quatre ans, découvrit les Pyrénées qu’elle trouva  » plates « , fut la première surfeuse anglaise homologuée sur les plages d’Afrique du Sud, s’amusa à tester les fast food à New York, devint l’écrivaine la plus lue au monde et ne recula jamais devant l’aventure et les voyages périlleux. En tout-terrain sur les routes du Moyen-Orient, à vélo au coeur de Londres ou en train au fond de l’Écosse, en bateau sur le chemin de Majorque ou dans sa voiture chérie – une Morris Cowley –, celle qui serait plus tard surnommée la reine du crime ne cessa jamais devoyager, observant d’un oeil bienveillant mais toujours lucide les qualités et les défauts de sescontemporains, qui devaient se retrouver dans ses romans policiers parfois sous l’identité de lavictime…ou du meurtrier !

Ce sont tous ces périples qu’Anne Martinetti retrace, avec des documents d’époque, nous invitant dans ce vrai-faux carnet de voyage à mettre nos pas dans ceux d’une voyageuse inlassable et intrépide.

Ce que j’en ai pensé

Il existe de nombreux ouvrages retraçant la vie de la Reine du crime. j’ai choisi celui-ci pour son format court. Je ne souhaitais pas une biographie complète et détaillée. Un aperçu du personnage impressionant me suffisait. Quoi de mieux donc que cet essai d’une spécialiste de la vie d’Agatha Christie, illustré et parfaitement documenté pour en apprendre un peu plus sur la vie mouvementée de cette grande dame et grande romancière.

J’ai aimé les anecdotes disséminées ça et là au fil de l’ouvrage. Je la savais grande voyageuse mais je ne savais pas qu’elle avait fait un tour du monde avec son second mari. Pour l’époque, Agatha était une femme libre, qui a aidé lors de la première guerre mondiale à soigner les soldats grâce à ses études de médecine et ses notions de poison, qui ont été très utiles dans ses romans ! J’ai aimé la petite anecdote sur la vie de surfeuse. Et j’ai aimé avoir eu l’impression de partager un peu de sa vie. Cela m’a surtout donné envie de lire plein de romans si ce n’est tous !