Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Les sept morts d’Evelyn Hardcastle
Auteur : Stuart Turton
Éditeur grand format : Sonatine
Date de sortie grand format : 16 mai 2019
Nombre de pages : 544 pages

Résumé : Mixez Agatha Christie, Downton Abbey et Un jour sans fin… voilà le roman le plus divertissant de l’année.
Lauréat du prestigieux Costa Award, le premier roman de Stuart Turton est à la fois un formidable jeu de l’esprit et un régal de lecture.Ce soir à 11 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée.
Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ?
Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre.
Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée.
Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.

Prêt pour un plaisir de lecture comme vous n’en avez pas connu depuis longtemps ? Plongez dans ce labyrinthe des délices. Chaque personnage, chaque recoin obscur de la maison cache un mystère. Chaque page ou presque offre un rebondissement inattendu. Et il y a 500 pages.

Ce que j’en ai pensé

Ce roman m’a été conseillé par Val McDermid lorsque j’ai visité l’Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale. Elle a fait fait partie du jury d’un Prix littéraire et a été marquée par sa singularité. Vu la personne qui me conseillait ce roman, je ne pouvais pas passer à côté et j’ai eu raison !

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle est le premier roman de Stuart Turton. Et pour un premier roman, encore une fois, je suis bluffée !! La quatrième de couverture annonce un mélange entre Agatha Christie, Downtown Abbey et Un jour sans fin et on retrouve tous ces ingrédients à la sauce Turton ! L’originalité fait la force de ce roman. Sa construction enchevêtrée dans cette journée sans fin est maîtrisé avec perfection ! Et heureusement, sinon, on n’y comprendrais plus rien !

N’ayez donc aucune crainte de vous perdre dans le labyrinthe construit par Stuart. Au contraire, laissez-vous guider par les multiples personnages qui font de ce roman un huis-clos angoissant comme sait les faire Agatha Christie. Le héros, que nous rencontrons officiellement vers le premier tiers du roman se réveille chaque jour dans la peau d’un hôte, invité à la fête du domaine de Blackheath. Il a huit jours pour trouver l’assassin d’Evelyn Hardcastle qui mourra sept fois d’ici-là. Mais c’est sans compter des rivaux qui ont la même mission !

Tortueux, alambiqué, ce roman est une perle et un exploit pour une première ! Stuart Turton est un auteur à suivre de près !