Le cœur et la chair d’Ambrose Parry

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Le cœur et la chair
Auteur : Ambrose Parry
Éditeur grand format : Seuil thriller
Date de sortie grand format : 2 mai 2019
Nombre de pages : 400 pages

Résumé : Le jeune Will Raven, issu d’un milieu modeste, est apprenti chez le Pr Simpson, dont la notoriété, le savoir-faire obstétrique et les recherches sur les anesthésiques en font une personnalité majeure de l’Ecosse victorienne.

Il règne une activité constante dans la célèbre demeure du 52 Queen Street à Edimbourg. Will y fait, entre autres, la connaissance de Sarah, femme de chambre et assistante de Simpson, dont le caractère bien trempé le déroute et le séduit tout à la fois. Mais à peine a-t-il le temps de prendre ses nouvelles fonctions que plusieurs femmes sont retrouvées sauvagement assassinées aux quatre coins de la ville. Parmi elles, une jeune prostituée, Evie, amie intime de l’apprenti chirurgien…

Face à l’indifférence des services de police, Will décide de mener l’enquête avec l’aide précieuse de Sarah. Une enquête qui les conduira tous deux au cœur sombre des enjeux scientifiques de l’époque.

Ce que j’en ai pensé

Avant d’aborder l’œuvre parlons de cet auteur encore inconnu. Ambrose Parry d’une consonance fortement ressemblante à Ambroise Paré. On ne peut qu’y voir un hommage au père de la chirurgie moderne. Derrière ce pseudonyme se cache un couple d’auteurs. Lui, Chris Brookmyre, est auteur de polar. Il en a écrit une vingtaine et a reçu plusieurs récompenses. Elle, sa femme, Marisa Haetzman, est médecin anesthésiste et est à l’initiative de l’idée ce roman. Ses recherches médicales à l’hôpital d’Edimbourg ont été une grande source d’inspiration.

Le récit se déroule dans l’Édimbourg de 1847. Nous y faisons la connaissance de Will Raven qui commence son stage chez le Professeur Simpson, obstétricien. En plus de ses recherches pour faciliter les accouchements, le Professeur Simpson est surtout à la recherche d’un médicament anesthésiant qu’il pourrait subsister à l’éther qui a quelques failles fatales.

En parallèle de cette passionnante partie médicale, parfois sanglante et tragique (la gynécologie a bien évolué !), Will Raven se met en quête de résoudre une série de décès louche, qualifié de suicide par la police. Il se fait aider par Sarah, la femme de chambre du Professeur Simpson et assistante lors des consultations. Sa condition de femme et sa volonté d’effectuer un métier d’homme est aussi une thématique forte de ce roman.

J’ai été ravie d’apprendre qu’il s’agit là du premier thriller d’une série déjà prévue en adaptation télévisuelle par Benedict Cumberbatch (l’acteur de la série Sherlock Holmes). L’ambiance de cette Écosse à l’époque victorienne est parfaitement retranscrite ! On s’y croit et on ne peut que visualiser les rues boueuses ou pavées, les fiacres et les réverbères allumés manuellement. Vraiment un univers taillé au scalpel le plus fin !

Mon expérience de lectrice a été magistralement enrichie par les éditions Seuil qui m’ont fait parvenir ce roman avec une lettre que Will Raven m’adresse ainsi que des photos d’époque, un carnet à l’ancienne (en cuir et papier granulé non-traité), une fiole avec un extrait de soie sauvage et de la fleur d’oranger. De quoi me faire voyager dans le temps avant même d’ouvrir le roman.