Museum, Killing in the rain de Ryôsuke Tomoe

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Museum, killing in the rain (série terminée, en 3 tomes)
Auteur : Ryôsuke Tomoe
Éditeur : Pika Edition (tome 1, tome 2, tome 3)
Date de sortie : tome 1 le 12 avril 2017, tome 2 le 8 juillet 2017 et tome 3 le 18 octobre 2017
Nombre de pages : 240 pages par tome

Résumé de la série : Les sentences tomberont comme la pluie.Une femme dévorée par des chiens, un homme découpé en petits morceaux… une série de meurtres ébranle Tokyo. La police n’a d’abord qu’un seul indice qui relie les crimes entre eux : une signature sur chaque scène de crime sous la forme d’un verdict inscrit sur un papier. Le lieutenant Sawamura et le sergent Nishino enquêtent mais manquent cruellement de pistes.   Quelle est la motivation du tueur ? Pourquoi les scènes de crimes sont-elles si différentes les unes des autres ? Et quelle est la signification de cette sentence laissée auprès des victimes ?

Ce que j’en ai pensé

L’œil de Luciole se lance dans le manga ! Mais attention, on reste dans la catégorie polar/thriller !

Pourquoi le manga ? D’abord parce que j’ai toujours aimé la BD. OK, entre Tintin et The Walking Dead je n’ai pas lu grand chose. Mais justement ! Et aussi parce que j’ai participé à une soirée bookstagram organisée par le talentueux blogueur Hanae et qui a eu lieu dans une librairie parisienne. Une librairie spécialisée sur la littérature japonaise, dont on m’avait déjà vanté les mérites (merci Steph) : Le Renard Doré. Son fondateur regorge d’excellents conseils, quel que soit le genre de prédilection ! Je suis repartie avec cette première série à découvrir et j’ai adoré !

Dans le premier tome de Museum, killing in the rain, on fait connaissance avec un tueur sacrément sadique ! Plusieurs meurtres ont lieu et la police n’a pas encore de piste à suivre. Les images laissent peu de place à l’imagination et ça donne un degré supplémentaire d’effroi ! Ce que j’ai aimé par dessus tout dans cette série, outre ce serial killer glaçant, c’est la manière dont l’auteur gère le suspense vignette après vignette. Je n’avais qu’une envie c’est de frénétiquement tourner la page pour voir la suite mais j’ai savouré chaque dessin et profité de chaque montée de tension !

Dans les tomes suivants, la traque s’intensifie ! Un des inspecteurs est personnellement mêlé à l’enquête et le rythme de chasse devient plus fort. A contrario, les meurtres et découvertes macabres baissent de régime, mais on en avait déjà pris plein les mirettes dans le premier volume. Le caractère plus psychologique des volumes 2 et 3 se laisse délicieusement savourer !

Les deux tomes suivants auraient pu être édités en un seul volume. Ils contiennent tous les deux une histoire courte de l’auteur, sans lien avec le récit principal, et qui ont été seulement éditées dans des magazines. Avec du recul, c’est sympa de découvrir autre chose de Ryôsuke Tomoe. J’ai beaucoup aimé la douceur de Girl and killer, à la fin du tome 2.