Ça ne coûte rien de demander de Sara Lövestam

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Ça ne coûte rien de demander
Auteur : Sara Lövestam
Éditeur grand format : Robert Laffont, collection La Bête Noire
Date de sortie grand format : 11 janvier 2018
Éditeur poche : Pocket
Date de sortie poche : 10 janvier 2019
Nombre de pages : 416

Résumé : L’autoproclamé « détective » Kouplan, immigré iranien à Stockholm, peine à joindre les deux bouts. Il en est réduit à collecter des canettes vides pour les revendre contre quelques pièces. En fouillant dans les poubelles du quartier huppé de Lidingö, il croise le chemin de Jenny Svärd, conseillère municipale aux dents longues, dont il surprend la conversation : Jenny vient de se faire escroquer par son amante, qui a disparu dans la nature avec deux cent mille couronnes. Puisque ça ne coûte rien de demander, Kouplan saute sur l’occasion pour lui proposer ses services d’enquêteur…

Ce que j’en ai pensé

Ça ne coûte rien de demander est le second tome de la tétralogie de Sara Lövestam sur le détective Kouplan. Kouplan vient d’Iran et s’est installé en Suède où il est sans-papier et détective privé autoproclamé. Si vous n’avez pas lu le premier tome, arrêtez-vous là dans la lecture de cette chronique.

Nous avons découvert Kouplan dans Chacun sa vérité et ses aventures se poursuivent avec une nouvelle enquête discrète à résoudre. Jenny Svärd, conseillère municipale à Stockholm, veut à tout prix retrouver la trace de son ex-amante qui l’a arnaquée avant de disparaître. Comme dans le tome précédent, la client de Kouplan ne peut pas faire appel à la justice pour les côté obscurs de l’affaire. Et ça arrange bien notre détective sans-papier préféré !

Mais toute cette enquête, au rythme nordique, n’est qu’un prétexte au roman. En parallèle et tout aussi important, nous découvrons la transition de Kouplan. Il se confie plus et nous en apprenons beaucoup sur son passé en Iran et ses débuts en Suède. L’auteure aborde un thème encore très mal accepté et l’ouverture bienveillante est à souligner !

J’ai donc bien hâte de me plonger dans le tome 3, Libre comme l’air, qui est sorti le 21 mars 2019 chez Robert Laffont, collection La Bête Noire.