Animal de Sandrine Collette

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Animal
Auteur : Sandrine Collette
Éditeur grand format : Denöel collection Sueurs Froides
Date de sortie grand format : 7 mars 2019
Nombre de pages : 288 pages

Résumé : Humain, animal, pour survivre ils iront au bout d’eux-mêmes. Un roman sauvage et puissant.

Dans l’obscurité dense de la forêt népalaise, Mara découvre deux très jeunes enfants ligotés à un arbre. Elle sait qu’elle ne devrait pas s’en mêler. Pourtant, elle les délivre, et fuit avec eux vers la grande ville où ils pourront se cacher. 
Vingt ans plus tard, dans une autre forêt, au milieu des volcans du Kamtchatka, débarque un groupe de chasseurs. Parmi eux, Lior, une Française. Comment cette jeune femme peut-elle être aussi exaltée par la chasse, voilà un mystère que son mari, qui l’adore, n’a jamais résolu. Quand elle chasse, le regard de Lior tourne à l’étrange, son pas devient souple. Elle semble partie prenante de la nature, douée d’un flair affûté, dangereuse. Elle a quelque chose d’animal. 
Cette fois, guidés par un vieil homme à la parole rare, Lior et les autres sont lancés sur les traces d’un ours. Un ours qui les a repérés, bien sûr. Et qui va entraîner Lior bien au-delà de ses limites, la forçant à affronter enfin la vérité sur elle-même.

Ce que j’en ai pensé

Et voilà, encore un Sandrine Collette qui tabasse ! Son septième roman, ma septième lecture et toujours un plaisir. J’aime cette plume vive et incisive. Chaque phrase est peaufinée et aucun mot n’est de trop.

Comme pour les précédents romans, la nature prend une place importante dans le récit. Elle en devient aussi importante qu’un personnage principal. J’ai adoré visiter le Népal, ses bidonvilles et sa jungle, avec Sandrine pour guide. On retrouve aussi le thème cher à l’auteure des liens familiaux et humains. Les personnages sont touchants et attachants rien qu’avec quelques mots pour les décrire. Dès les premières pages j’étais émue par Mara, Nin et Nun.

Mais humain ou animal, la limite est parfois bien mince. Le récit se déroule en trois parties. Après la mise en place de l’univers népalais et de la création des personnages, la seconde partie est une traque, une chasse à l’ours organisée. Mais qui traque qui ? Qui est plus humain ou plus animal des deux ? Les différences sont un peu floues et s’entremêlent. La part animale de l’Homme se révèle !

Dans la troisième partie, le rythme s’accélère. Les chapitres alternant les points de vue des personnages se rejoignent et l’auteure nous piège dans une toile qui se resserre autour de nous ! Il m’a été impossible de lâcher le livre dans les 80 dernières pages. Il fallait absolument que je sache ! Et j’ai su.