Parfaite de Caroline Kepnes

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Parfaite
Auteur : Caroline Kepnes
Éditeur grand format : Kero
Date de sortie grand format : 13 avril 2015
Éditeur poche : Pocket
Date de sortie poche : 10 mars 2016
Nombre de pages : 512 pages

Résumé : Je sais tout de toi.
Tu es parfaite.
Je t’aimerai
à la vie
à la mort.
Tu es à moi
pour toujours.

Ce que j’en ai pensé

Si vous avez Netflix, vous connaissez sûrement la série américaine You. Cette série est l’adaptation télévisuelle de Parfaite. Je voulais le lire avant d’entamer la série et j’ai bien fait !

Si jamais vous hésitez à vous procurer ce roman, je vous conseille d’en lire quelques pages avant. Le style est radical : on aime ou on déteste ! En ce mettant dans la peau de son personnage principal Joe, libraire et pervers, Caroline Kepnes a réussi un tour de maître en agaçant les lecteurs au point d’en rendre la lecture impossible pour certain.e.s ! Il faut dire qu’être dans la tête de Joe, sociopathe, froid et taré n’est pas une promenade de santé !

Joe rencontre un jour Guinevere Beck, une cliente de sa librairie. En quelques secondes, c’est le coup de foudre. C’est décidé : Beck sera à lui. Sa chose, sa possession, son addiction. Il est prêt à tout pour la posséder. Oui, « posséder ». Le registre est le même durant tout le roman, qui se déroule entièrement à la première personne. C’est d’ailleurs ce qui le rend dérangeant car en général, on s’identifie au personnage qui parle en disant « je ». Ici, sauf pour les sociopathes, ce n’est clairement pas possible et je peux donc comprendre que la lecture soit compliquée ou impossible ! Pour moi, c’est ce qui a fait sa force.

Le récit de Parfaite est rempli de références littéraires, cinématographiques, télévisuelles ou musicales de tous les temps quoique plutôt récentes. Dans ses remerciements, l’auteure a un petit mot pour toutes les œuvres citées et pour remercier leurs auteurs. J’ai trouvé que cela donnait encore plus de corps et de réalisme d’ancrer ainsi l’histoire dans notre quotidien.

Parfaite est parfaitement malsain, parfaitement pervers et parfaitement déroutant ! Sa suite, Les corps cachés, à paraître en juin chez Calmann-Lévy, me tente plutôt pas mal !