Harry Potter et la Chambre des Secrets de J. K. Rowling 

Résumé de l’éditeur

Harry Potter fait une rentrée fracassante en voiture volante à l’école des sorciers. Cette deuxième année ne s’annonce pas de tout repos… surtout depuis qu’une étrange malédiction s’est abattue sur les élèves. Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry et ses amis Ron et Hermione trouveront-ils le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ?

Ce que j’en ai pensé

Je vais arrêter de vous dire que c’est difficile de vous présenter les Harry Potter parce que, soyons clair, ça va être un problème jusqu’au 7e tome 😀 Et encore, ça va être de plus en plus compliqué parce que je ne dois pas vous spoiler (pour les extra-terrestre qui n’ont ni lus, ni vus, ni été spoilés des derniers tomes 😉 )

On entre ici encore un peu plus dans l’univers magique d’Harry Potter. J.K. Rowling nous ajoute du vocabulaire. On apprend notamment qu’Harry Potter peut communiquer avec les serpents (emblème de Serpentard) en parlant le Fourchelang.

Elle nous élargit aussi le lexique qui permet de différencier les types de sorciers : ceux qui sont sorciers nés de parents sorciers (ça on l’avait déjà), ceux qui sont nés de parents sorciers et Moldus, les enfants sorciers nés de famille 100% Moldus et enfin les enfants non-sorciers mais nés de parents 100% sorciers. Ce qui nous donne les Sang-Purs, les Sang-Mêlés, les Sang-de-Bourbe et les Cracmol.

Si cela ne vous rappelle aucun moment tragique de l’histoire, je vous conseille de vous intéresser plus sérieusement aux événements qui se sont déroulés en Allemagne vers le milieu du siècle dernier 😉 Discrètement, J.K. Rowling aborde le thème tabou du racisme et de l’extermination des « impurs ». En effet, dans ce second tome de la saga, l’Héritier de la Maison Serpentard cherche à ouvrir la Chambre des Secrets qui cache une bête monstrueuse qui a pour but d’éliminer tous ceux qui ne sont pas des Aryens. Heu, des Sang-Purs, je m’emmêle les pinceaux dans l’Histoire 😉

Harry, Ron et Hermione, nos trois nouveaux amis (hello bookworm no-life), vont donc essayer de percer le mystère de cette Chambre des Secrets et trouver l’Héritier de Serpentard pour arrêter les attaques faites contre quelques élèves de l’école.

Au passage, ils vont en apprendre un peu plus sur la création de l’école par les quatre sorciers qui ont donné leurs noms aux quatre Maison de Poudlard : Godric Gryffondor, Rowena Serdaigle, Helga Poufsouffle et Salazar Serpentard. Ils ont mis en commun leur savoir, leurs compétences, pour fonder l’école de magie la plus connue au monde : Poudlard. Godric et Salazar sont vite devenus ennemis et Salazar a dû quitter l’école mais avant il a eu le temps d’y créer la Chambre des Secrets et d’y abriter son horrible bestiole.

Comme dans le premier tome, Harry se rend compte avec effroi qu’il a certaines compétences qui auraient pu lui permettre d’aller chez Serpentard plutôt que Gryffondor. C’est un vaste sujet de découverte de lui-même, en tant que personne et sorcier, qui va revenir au fil des romans.

Ce volet est déjà moins enfantin que le précédent mais il reste encore un roman très jeunesse. Ca passe parce que je sais qu’il y a les suivants et que le côté jeunesse va se mêler à une littérature plus adulte. En même temps, ça nous fait suivre l’évolution de la maturité d’Harry Potter 😉

Ma note : 4/5 (toujours pour le côté jeunesse)