5150 rue des Ormes de Patrick Sénécal

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : 5150 rue des Ormes
Auteur : Patrick Sénécal
Éditeur québécois : Alire
Date de sortie : 1994
Nombre de pages : 367 pages

Résumé : Il s’appelle Yannick Bérubé, il a vingt-trois ans, il est séquestré au 5150, rue des Ormes, dans la ville de Montcharles, et c’est pourquoi il a décidé d’écrire son histoire.
Or, si son récit débute par une banale chute à bicyclette, la suite bascule rapidement dans l’horreur, car la famille qui le retient prisonnier est loin d’être normale : Jacques Beaulieu, le père, est un psychopathe qui ne jure que par le jeu d’échecs et qui se prend pour le dernier des Justes ; Michelle, l’adolescente, semble encore plus dangereuse que son père ; Maude, l’épouse et la mère, est obsédée par le Seigneur et elle obéit aveuglément à son mari. Quant à la petite Anne, elle est muette et ses grands yeux immobiles ressemblent à des puits de néant…
Pour Yannick Bérubé, l’enjeu est simple : il doit s’évader à tout prix de cette maison de fous, sinon il va y laisser sa peau ou sa raison !

Ce que j’en ai pensé

En tant que fan absolue de Patriiiiiiiick, je ne pouvais pas me cantonner aux parutions françaises. J’ai donc foncé à la librairie Ici (LA nouvelle librairie parisienne avec un café en son centre et où les libraires sont sympa : Ze place to be) pour me procurer la quasi totalité des œuvres du maître québécois du thriller d’horreur. Tout naturellement, je me suis tournée vers son premier roman : 5150 rue des Ormes, qui est aussi le roman qui introduit le personnage de la Reine Rouge d’Aliss (que le Père Noël m’a offert).

Tout comme les deux que j’ai précédemment lus, Le Vide et Les 7 jours du Talion, l’horreur ne réside pas tant dans les actes de violence physique mais dans l’analyse de la psychologie des personnages ! Dans ce premier roman, l’auteur nous terrifie sans une goutte d’hémoglobine !

Tout commence à cause d’une ostie de chat ! Et oui, si vous voulez lire Sénécal en VO, vous devrez surtout apprendre quelques injures classiques (pour ça, Google est votre ami). Cet ostie de chat, donc, a fait chuter Yannick Bérubé de son vélo pendant sa balade. Il se rend dans la maison devant laquelle il a chu, située au 5150 de la rue des Ormes. Dans cette humble demeure vit la famille la plus tarée de la planète : les Beaulieu.

Jacques, le père, ne croit pas en Dieu mais en la Justice. Il séquestre donc Yannick pour se protéger car celui-ci a été témoin d’une scène qu’il n’aurait pas dû voir. Maude, la femme de Jacques est entièrement dévouée à son mari. Et Dieu. En mode very old school et bien creepy. Les enfants ne sont pas en reste : Michelle l’adolescente voue une passion pour la Reine de Coeur d’Alice et a une vision de la Justice bien différente de celle de son père ! La petite dernière Anne, est muette et passe son temps à fixer tout le monde avec de grands yeux.

L’immersion dans cette famille hors norme mais surtout dans cette ambiance d’enfermement très anxiogène a été très réussie ! La descente au plus profond de la folie m’a marquée tout au long des pages. Mes nuits s’en souviennent !

Je ne peux que vous recommander vivement ce roman !