Famille parfaite de Lisa Gardner

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Famille parfaite
Auteur : Lisa Gardner
Éditeur grand format : Albin Michel
Date de sortie grand format : 1er octobre 2015
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 3 janvier 2018
Nombre de pages en poche : 576 pages

Résumé : Les Denbe semblaient sortir des pages des magazines glamours : un mariage modèle, une belle situation, une ravissante fille de quinze ans, une demeure somptueuse dans la banlieue chic de Boston… Une vie de rêve. Jusqu’au jour où ils disparaissent tous les trois. Pas d’effraction, pas de témoin, pas de motifs, pas de demande de rançon. Juste quelques traces de pas et des débris de cartouches de Taser sur le sol de leur maison. Pour la détective privée Tessa Leoni, l’enlèvement ne fait aucun doute. Mais que pouvait donc bien cacher une existence en apparence aussi lisse ?
Numéro un sur la liste des best-sellers du New York Times pendant plusieurs mois, ce thriller inquiétant de Lisa Gardner nous plonge dans l’intimité troublante d’une famille au-dessus de tout soupçon.

Ce que j’en ai pensé

Je poursuis mes lectures d’histoires de kidnappings et de séquestrations avec Famille Parfaite de Lisa Gardner qui a fait partie de la sélection de l’été du Livre de Poche.

La parfaite famille Denbe se fait kidnapper. Julien, le papa, a repris l’entreprise de BTP de son père et a réussi à doubler le chiffre d’affaire de sa boîte. Sa spécialité est la sécurisation des lieux tels que les hôpitaux ou les prisons. C’est son entreprise qui s’est occupée du système de sécurité de sa belle maison. Libby, parfaite épouse, artiste et excellente maîtresse de maison lorsqu’il faut recevoir les clients ou associés de son mari. Et Ashlyn, l’ado classique mais pas rebelle, sans vague.

En apparence, la perfection est au rendez-vous mais l’isolement et la proximité de la séquestration va faire sortir tous les fantômes des placards bien lustrés de cette famille finalement comme les autres. Côté méchants, on tape dans le vrai bon « bad guy ». Froids, méthodiques et professionnels. L’erreur n’est pas possible et la fuite est difficile à envisager une fois coincé entre leur mains. Côté flic, on est un peu dans le cliché avec la détective mère célibataire au lourd passé et le flic de province mais ça marche comme sur des roulettes et ils sont attachants et efficaces.

Le récit alterne les points de vue de Tessa Leoni, la détective privé et de Libby, la mère enlevée. La narration englobe du coup toutes les visions, à l’intérieur et à l’extérieur de la séquestration et des secrets familiaux. Le rythme est donc plutôt soutenu malgré quelques lenteurs au milieu. La fin est prenante et le suspense monte dans les dernières pages. Une belle découverte de la plume de Lisa Gardner !