Message sans réponse de Patricia MacDonald

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Message sans réponse
Auteur : Patricia MacDonald
Éditeur grand format : Albin Michel
Date de sortie grand format : 3 octobre 2016
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 28 mars 2018
Nombre de pages en poche : 336 pages

Résumé : « Bonjour, Eden. Tu me manques. On peut se parler ? Appelle-moi. »
Il est tard lorsque Eden, jeune éditrice new-yorkaise, reçoit ce message de sa mère, Tara. Leurs relations sont distantes depuis que celle-ci a refait sa vie avec un séduisant diplômé de Harvard, Flynn Darby, de treize ans son cadet. Pour lui, Tara a tout quitté et ils ont eu un enfant, Jeremy, atteint d’une maladie génétique très grave. En décidant de ne pas répondre, Eden n’imagine pas un instant qu’elle n’entendra plus jamais la voix de sa mère : le lendemain, Tara se suicide après avoir tué Jeremy. Rongée par la culpabilité, Eden est prête à tout pour connaître la vérité.

Ce que j’en ai pensé

Ce fût pour moi une découverte de la plume de Patricia MacDonald (enfin !) et une très bonne expérience de lecture ! Ce roman faisait partie de la sélection de l’été du Livre de Poche.

Message sans réponse est un roman court et efficace. L’auteure prend le temps d’approfondir la psychologie des personnages tout en laissant sa place à l’intrigue. Ce doux mélange donne un roman plein de suspense, des personnages attachants ou agaçants et c’est du coup un page-turner impossible à lâcher avant la fin !

Eden et sa mère sont en froid depuis que cette dernière a « abandonné » sa première vie pour se reconstruire avec un mari bien plus jeune. Un soir, Eden reçoit un appel de sa mère et décide de ne pas décrocher : c’est soir de match et tout le reste, surtout sa mère, peut attendre. Le lendemain matin, la mère d’Eden, Tara, et son petit garçon, Jeremy, atteint d’une maladie génétique, sont retrouvés morts dans la maison de Tara et son nouveau mari. Un meurtre-suicide. Mais Eden n’y croit pas et, bien malgré elle, elle va se retrouver plongée dans la nouvelle vie de sa mère et va devoir collaborer, à contre-cœur, avec Flynn, son beau-père qu’elle déteste et qui le lui rend bien.

Un pur roman familial aux lourds secrets, bourré de manipulation. En à peine 300 pages, Patricia MacDonald réussit à nous manipuler à notre tour et nous perdre dans des fausses pistes à répétition !