Qaanaaq de Mo Malø

Ma note : Abandon

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Qaanaaq
Auteur : Mo Malø (Frédéric Mars)
Éditeur grand format : La Martinière
Date de sortie grand format : 31 mai 2018
Nombre de pages : 496 pages

Résumé : Dans le vaste pays blanc, l’esprit de Nanook se réveille. Le grand ours polaire, seigneur des lieux, protégera les siens. Jusqu’au bout.
Adopté à l’âge de trois ans, Qaanaaq Adriensen n’a jamais remis les pieds sur sa terre natale, le Groenland. C’est à contrecoeur que ce redoutable enquêteur de Copenhague accepte d’aller aider la police locale, démunie devant ce qui s’annonce comme la plus grande affaire criminelle du pays : quatre ouvriers de plateformes pétrolières ont été retrouvés, le corps déchiqueté. Les blessures semblent caractéristiques d’une attaque d’ours polaire. Mais depuis quand les ours crochètent-ils les portes ?
Flanqué de l’inspecteur inuit Apputiku – grand sourire édenté et chemise ouverte par tous les temps –, Qaanaaq va mener l’enquête au pays des chamanes, des chasseurs de phoques et du froid assassin. Et peut-être remonter ainsi jusqu’au secret de ses origines.

Ce que j’en ai pensé

Hélas, parfois, avec certains livres, ça ne matche pas. Et ça a été le cas avec Qaanaaq que j’attendais comme le loup blanc ! La couverture magnifique m’avait conquise et le mystère autour de cet auteur caché derrière un pseudonyme a achevé de me convaincre : je voulais découvrir Qaanaaq, ce polar que j’espérais fou !
Mo Malø a noyé Facebook de photos de son voyage au Groenland et ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille. La partie polar n’a pas été évoquée tant que ça dans toute cette comm’ (trop peut-être pour moi) et j’aurai dû m’attendre à un bon thriller nordique, culturel et voyageur plutôt qu’à quelque chose d’hyper rythmé comme Boréal de Sonja Delzongle.
Je suis certaine qu’il plaira à un grand nombre de lecteurs (et j’en connais déjà) et je vous invite à consulter d’autres avis plus positifs que le mien 😉
Je termine en applaudissant le travail de recherche de l’auteur, qui a passé un long séjour au Groenland pour se documenter. On le ressent très bien dans le roman !