Mort point final de Frank Klarczyk

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Mort point final
Auteur : Frank Klarczyk
Éditeur poche : Lucien Souny
Date de sortie poche : 5 mai 2017
Nombre de pages en poche : 192 pages

Résumé : Dans un commissariat de la banlieue parisienne, Paul Catard est interrogé par le capitaine Vigeois. On vient de retrouver l’homme bâillonné et menotté dans la chambre de sa petite amie. La situation prêterait à sourire si la petite amie n’était pas Mélanie Vasseur, lieutenant de police travaillant dans l’équipe de Vigeois. La surprise est d’autant plus grande lorsque Catard dévoile que Mélanie a survécu à une innommable tragédie qui s’est déroulée dans un lycée de province, quelques années auparavant. Souffrant de violents traumatismes psychologiques, elle a pourtant réussi à intégrer la police et, encore mieux, à cacher son passé. Vigeois et ses hommes se questionnent encore sur la véracité de ces révélations quand ils sont appelés en renfort au parc de la Légion d’honneur de Saint-Denis, où un attentat se prépare. Le temps est compté, et la police n’a plus le droit à l’erreur ! L’angoisse, le drame, le suspense saisissent le lecteur là où il ne les attendait pas.

Ce que j’en ai pensé

Ce que j’aime dans les salons comme le Saint-Maur en Poche, ce sont les belles découvertes et là c’est est une !

Un roman très court (190 pages) et une tension extrême. Impossible à lâcher, il se lit d’une traite ! Frank Klarczyk pointe du doigt la dégradation de l’éducation française et surtout la disparition de la grammaire et de l’orthographe chez les jeunes.

Un matin, un prof de français enferme ses élèves de lycée pour leur imposer une dictée. La règle est simple : deux fautes = une balle dans la tête. Jusqu’au dernier vivant. Son inspiration (celle du prof mais aussi de l’auteur) ? Stephen King et plus spécialement Marche ou crève qui a inspiré à ce prof cette dictée mortelle.

L’auteur alterne entre passé (cette dictée effroyable) et présent (la préparation d’un attentat lié à une rescapé du cours de français d’il y a quelques années). Un récit en trois grandes parties, un rythme excellent, un dénouement dingue et une très belle plume pour raconter tout ça. Je le conseille autant qu’on me l’a conseillé !

PS : Je n’ai pas fait la dictée et j’espère que je n’ai pas fait de faute dans cette chronique !

PPS : je trouve que le résumé de l’éditeur ne rend pas hommage au suspense du roman et laisse de côté l’essentiel du récit et le plus addictif