Hunter de Roy Braverman

Ma note : 5/5 Coup de cœur bombe atomique !

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Hunter
Auteur : Roy Braverman
Éditeur grand format : Hugo Thriller
Date de sortie grand format : 16 mai 2018
Nombre de pages : 352 pages

Résumé : Plus personne ne s’arrête à Pilgrim’s Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l’obsédant souvenir d’une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le demi-sang indien condamné pour ces crimes, s’évade du couloir de la mort et revient dans la vallée.
Pour achever son oeuvre ? Après douze ans de haine et de chagrin, un homme se réjouit pourtant de revenir à Pilgrim’s Rest. Freeman a compris le petit jeu de Hunter et va lui mettre la main dessus. Et lui faire enfin avouer, par tous les moyens, où il a caché le corps de Louise, sa fille, une des cinq disparues. Pilgrim’s Rest sera peut-être le terminus de sa vengeance, mais ce que Freeman ignore encore, au volant de sa Camaro rouge qui remonte Murder Drive, c’est qu’il n’est pas le seul à vouloir se venger.
Et que la vérité va se révéler plus cruelle et plus perverse encore. Car dans la tempête qui se déchaîne et présage du retour de la terreur, un serial killer peut en cacher un autre. Ou deux.

Ce que j’en ai pensé

Je vous préviens tout de suite : Hunter c’est de la bombe atomique !! J’ai terminé la lecture en me demandant si c’était un coup de cœur. C’est cette hésitation qui fait que, oui, c’est un coup de cœur !

Un coup de cœur pour la plume crue, couillue et testostéronnée de Roy Braverman. Un coup de cœur pour l’ambiance américaine à la Django de Tarantino avec de la neige, de la vengeance et des histoires glauques. Un coup de cœur pour le scénario et les cliffhangers à la fin de presque tous les chapitres. Un coup de cœur pour les personnages (tous ! Les bons comme les méchants). Et enfin un coup de cœur parce que pendant toute ma lecture je n’arrivais pas à poser ce bouquin et en même temps je ne voulais pas avancer trop vite pour ne pas le terminer et rester dans cette ambiance ! Je vous dis pas le  nombre de fois où je l’ai reposé pour faire une pause, pour le reprendre la seconde d’après avec un « ah je peux pas le lâcher ! » !

Ouf, ouf, ouf, c’est le premier tome d’une trilogie qui sera entièrement éditée chez Hugo Thriller ! Ça aussi c’est de la bombe atomique ! Le roman se termine sur une fin très ouverte, qui annonce la double couleur pour la suite ! Blanc comme la neige des Appalaches et rouge sanguin de vengeance !

Pour finir sur un petit mot sur l’auteur, il s’agit de Patrick Manoukian que vous connaissez sûrement sous le pseudo de Ian Manook et sa célèbre trilogie (que je ne connais pas encore mais que je veux lire impérativement !) : Yeruldelgger. Sous ce pseudo il a aussi signé la nouvelle du recueil Phobia. Comme il l’explique en prologue d’Hunter, il a toujours écrit sous pseudo pour entrer dans l’ambiance qu’il souhaite créer et c’est hyper réussit ! A suivre !