Je te vois de Clare Mackintosh

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Je te vois
Auteur : Clare Mackintosh
Éditeur grand format : Marabout
Date de sortie grand format : 22 mars 2017
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 21 mars 2018
Nombre de pages en poche : 544 pages

Résumé : Comme des milliers de Londoniens, Zoe Walker emprunte quotidiennement le métro et feuillette le journal distribué sur le quai. Un matin, elle y découvre sa photo dans les petites annonces, sous l’adresse d’un site Internet. Qui a pris ce cliché à son insu ? Dans quel but ? Et puis, est-ce bien elle ? Sa famille n’en est guère convaincue. Zoe ne trouve qu’une oreille attentive : celle de Kelly Swift, un agent de la police du métro. Car une succession d’incidents étranges, puis le meurtre d’une femme qui avait également découvert sa propre photo dans le journal persuadent Kelly que quelqu’un surveille les moindres faits et gestes des passagères. Chacune de leur côté, Zoe et Kelly vont lutter contre cet ennemi invisible et omniprésent.

Ce que j’en ai pensé

J’ai aimé beaucoup de choses dans ce roman ! Et mis à part une petite longueur en milieu de parcours, c’est un quasi sans-faute ! Déjà, il se déroule à Londres, dans son métro et ses quartiers plus ou moins connus. J’y ai vécu plusieurs mois et c’est avec une agréable nostalgie que j’ai lu les quelques noms de stations que je connaissais bien.

Ensuite, ce thriller psychologique est très réaliste et donc hyper angoissant ! Une femme voit un jour sa photo dans Metro, le journal gratuit distribué dans les transports en commun, à la page des petites annonces. Elle en découvre une puis deux autres, volée, agressée ou tuée peu de temps après. Elle se confie à une flic du métro londonien qui croit son histoire.

De temps en temps, l’auteure a glissé un chapitre « dans la tête du Méchant », écrit à la première personne et s’adressant à un « Tu » qui pourrait être moi. Ou toi si tu lis ce roman. Il explique comment il nous traque, nous suit et comment notre routine peut nous amener à notre fin tragique ! En tant que femme, je pense que c’est d’autant plus angoissant qu’il nous est arrivé à toute de se faire suivre ou emmerder par des inconnus dans le métro.

Le pitch est simple, les personnages sont relativement classiques pour le genre et pourtant, pas de routine dans le récit et la recette marche à fond ! Bien sûr j’ai lu ce livre pendant mes trajets maison/travail. Oui, j’ai pensé changer de trajet ou d’emplacement sur les quais… pour briser ma routine « Métro/boulot/dodo ». Et oui, j’ai plus souvent regardé par-dessus mon épaule que d’habitude. Comme quoi, l’ambiance est parfaitement bien gérée et ça marche vraiment bien ! Jusqu’à cette fin que je n’ai absolument pas vu venir ! Et pourtant je suis forte à ce jeu-là !

Je recommande même si l’action n’est pas omniprésente et si les cadavres ne s’empilent pas. J’ai passé un excellent moment de lecture et je compte bien lire le premier et le troisième roman de Clare Mackintosh !

La routine est réconfortante, familière, rassurante.
La routine te tranquillise.
La routine te perdra.