L’innocence des bourreaux de Barbara Abel

Ma note : 3,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : L’innocence des bourreaux
Auteur : Barbara Abel
Éditeur grand format : Belfond
Date de sortie grand format : 15 mai 2015
Éditeur poche : Pocket
Date de sortie poche : 16 octobre 2016
Nombre de pages en poche : 352 pages

Résumé : Dans une supérette de quartier, quelques clients font leurs courses, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune mère qui a laissé son fils de 3 ans seul à la maison devant un dessin animé, un couple adultère, une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent… Des gens normaux, sans histoire, ou presque. Et puis un junkie qui, en manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour voler quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière devient mince. Si mince…

Ce que j’en ai pensé

Pour tout le mois de mars, Flo and Books a lancé le hastag #marsaufeminin. Le but du jeu ? Lire un maximum d’auteures pour rendre hommage aux femmes, sans attendre uniquement la journée du 8 mars pour s’intéresser à nos droits dans le monde. Bien sûr, je participe ! En plus, ça me donne l’occasion de sortir de ma PAL certains romans qui y traînaient depuis pas mal de temps ou que je ne rapprochais pas de la sortie. Le premier du mois est L’innocence des bourreaux de Barbara Abel.

Ce roman est mon premier de l’auteure mais certainement pas le dernier ! Sans arriver au coup de cœur, j’ai passé un excellent moment lecture. Le style est ultra fluide et j’ai lu ce livre très rapidement.

C’est un huis-clos qui se passe dans une supérette d’une banlieue, en pleine journée en semaine. Quelques personnes y font leurs petites courses quand, tout d’un coup, entre un braqueur ! Chaque chapitre est le point de vue d’un des personnages. Le sujet de narration change donc à chaque chapitre mais ce n’est absolument pas gênant car très bien géré.

Le point de vue adopté est la psychologie des personnages. Qui est bourreau ? Qui est victime ? Sommes-nous tous un peu des deux ? On se pose des questions sur le comportement de certain(e)s, se demandant si on serait capable du pire. Guidé par la plume de Barbara Abel, on va plonger jusqu’au plus sombre et cruel de l’Homme. Que seriez-vous capable de faire pour sauver votre peau ? Ou juste votre routine tranquille ?

Seul petit bémol : la fin que j’ai trouvé un peu rapide par rapport au reste du roman. Quelques chapitres supplémentaires n’auraient pas été de trop à mon goût.