Bilan mensuel mars 2018

Bonjour tout le monde !

Ce mois-ci, ma copinaute Florence de Flo and Books a eu l’idée géniale d’un hastag #marsaufeminin pour célébrer les femmes, pas seulement le 8 mars, Journée Internationale de Droits de la Femme, mais tous les jours ou en tout cas le plus possible ! J’aime les défis et j’ai relevé celui-ci avec joie ! J’ai lu 13 romans (soit 5 221 pages), qu’avec des auteures, et j’ai adoré ! Cela m’a permis de sortir de ma zone de confort en lisant autre chose que du thriller (La couleur des sentiments de Kathryn Stockett) et L’enfant-rien de Nathalie Hug), de sortir des vieilleries de ma PAL (Le chant des sirènes de Val McDermid.

Ce mois-ci, je n’ai pas eu de coups de cœur quoique j’hésite avec Séquestrée. Je verrai pour le bilan annuel à la fin de l’année s’il m’a marqué tant que ça ! La couleur des sentiments a été une lecture très forte, Innocente, la nouvelle parution Hugo Thriller (qui se lance sur Instagram) une belle surprise pour un premier roman et une auteure adorable ! Sandrine Collette que j’aime toujours autant. Sonja Delzongle qui sort du lot avec son thriller hors du commun mais génialissime ! Bref, un excellent mois de mars littéraire que je vous résume ci-dessous !

L’innocence des bourreaux de Barbara Abel 3,5/5
Résumé
Dans une supérette de quartier, quelques clients font leurs courses, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune mère qui a laissé son fils de 3 ans seul à la maison devant un dessin animé, un couple adultère, une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent… Des gens normaux, sans histoire, ou presque. Et puis un junkie qui, en manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour voler quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière devient mince. Si mince…

Mon avis en bref
Qui est bourreau ? Qui est victime ? Sommes-nous tous un peu des deux ? On se pose des questions sur le comportement de certain(e)s, se demandant si on serait capable du pire. Guidé par la plume de Barbara Abel, on va plonger jusqu’au plus sombre et cruel de l’Homme. Que seriez-vous capable de faire pour sauver votre peau ?
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

La couleur des sentiments de Kathryn Stockett 5/5
Résumé
Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.
Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot.
La jeune bourgeoise blanche et les deux bonnes noires, poussées par une sourde envie de changer les choses malgré la peur, vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

Mon avis en bref
Avec La couleur des sentiments de Kathryn Stockett, j’ai visé juste pour le challenge du mois, #marsaufeminin ! En plus d’être écrit par une femme (la condition pour que les livres lus soit éligibles), c’est un roman sur le droit des femmes (blanches et noires) dans l’Amérique du sud dans les années 1960. En plein Mississippi cotonneux ! Ambiance quoi !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Potens d’Ingrid Desjours 3,25/5
Résumé
Club de surdoués ou rassemblement de détraqués ? La frontière paraît bien fine pour Garance Hermosa. La psycho-criminologue a infiltré Potens, une confrérie de génies, pour résoudre un crime. Celui de Charlotte, membre du cercle, ébouillantée puis poignardée à mort.
Mais Garance joue un jeu dangereux. Ces hauts QI excellent dans l’art de la manipulation, de l’intimidation et du chantage. Et la jeune femme garde en elle certains souvenirs douloureux qui pourraient bien la faire couler à pic. Car au club Potens, l’intelligence est plus affûtée qu’une lame de couteau.

Mon avis en bref
Après Écho, que j’avais plutôt bien aimé, mais sans le petit plus des deux derniers romans, mon avis pour Potens, son second roman et la suite d’Écho, est un peu plus mitigé.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Il reste la poussière de Sandrine Collette 4/5
Résumé
Patagonie. Dans la steppe balayée par des vents glacés, Rafael est le dernier enfant d’une fratrie de quatre garçons. Depuis toujours, il est martyrisé par ses frères aînés. Leur père a disparu. Leur mère ne dit rien, perpétuellement murée dans un silence hostile. Elle mène ses fils et son élevage de bétail d’une main inflexible, écrasant ses rejetons de son indifférence. Alors, incroyablement seul, Rafael se réfugie auprès de son cheval et de son chien. Dans ce monde qui meurt, où les petites fermes sont remplacées par d’immenses domaines, l’espoir semble hors de portée. Et pourtant, un jour, quelque chose va changer. Rafael parviendra-t-il à desserrer l’étau de terreur et de violence qui l’enchaîne à cette famille ?

Mon avis en bref
Sandrine Collette fabrique des romans forts et, même si les ingrédient sont les mêmes, la magie opère à chaque fois ! On ne change pas une équipe qui gagne !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Innocente d’Amy Lloyd 5/5
Résumé
Il y a vingt ans, Dennis Danson était arrêté et emprisonné pour le meurtre d’une jeune fille à Red River, une petite ville de Floride. Alors qu’il est dans le couloir de la mort, Netflix prépare un documentaire sur son histoire pour obtenir la révision de son procès. Les nombreuses erreurs judiciaires commises en attestent : l’arrestation de Danson ressemble à un coup monté.
A des milliers de kilomètres de là, en Angleterre, Samantha, une jeune enseignante, suit le dossier de Dennis avec obsession. Ils commencent une relation épistolaire puis, très vite, Samantha laisse sa vie et ses démons derrière elle pour rejoindre Dennis, l’épouser et œuvrer à sa libération.
Lorsque Dennis est finalement libéré, leur retour à Red River va plonger Samantha dans les eaux troubles d’une communauté recluse, pétrifiée par la haine et hantée par les fantômes de son passé. Mais qui croire et vers qui se tourner, lorsque chacun semble mentir pour protéger ses propres secrets ?

Mon avis en bref
Pour la seconde année consécutive, Hugo Thriller, VSD et RTL s’associent pour décerner le prix Douglas Kennedy du meilleur thriller étranger ! Et j’ai adoré ! Innocente est un excellent thriller haletant, complètement dans l’air du temps. Et en plus, l’auteure, que j’ai eu la chance de rencontrer est hyper sympa !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Le chant des sirènes de Val McDermid 3,5/5
Résumé
« Je ne demandais qu’à lui donner de l’amour, à le satisfaire, à le combler. Mais il a refusé tout ce que je lui offrais. C’est à ce moment-là que les meurtres ont commencé à Bradfield… »
Féru de supplices anciens, un homme punit atrocement ceux qui l’ont repoussé. La police, dépassée, fait pour la première fois appel au psychiatre profileur Tony Hill. Mais entrer dans la tête d’un serial killer, c’est aussi affronter ses propres démons. Aidé de l’inspecteur principal Carol Jordan, ils partent sur les traces d’un tueur aussi pervers qu’insaisissable.

Mon avis en bref
Un vrai polar à l’ancienne : Des meurtres, un profileur mal dans sa peau qui collabore avec la police et une belle inspectrice pour trouver ce serial killer qui n’accepte pas de se faire éconduire par ses conquêtes !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Boréal de Sonja Delzongle 5/5
Résumé
Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière.
Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s’envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire.
Le lendemain a lieu la première disparition.

Mon avis en bref
Encore un OVNI littéraire ! Si vous cherchez un thriller classique, passez votre chemin. Ce n’était pas l’objectif de Sonja Delzongle et le pari est réussi ! On a des ingrédients de huis-clos oppressant, de thriller climatologique, de récit écologique et de roman noir à suspens. Il y a de tout sauf du banal et assurément, on ne s’ennuie pas !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Séquestrée de Chevy Stevens 5/5
Résumé
Annie a été séquestrée.
Elle a passé douze mois d’enfer dans une cabane perdue au fond de la forêt.
Annie est libre, enfin, mais les séances chez le psychologue lui font revivre chaque minute.
Annie est sauve, le plus dur est derrière elle.
Du moins le croit-elle…

Mon avis en bref
Excellent thriller psychologique ! Annie a été séquestrée pendant un an. Elle s’en est sortie et raconte à un psy le calvaire qu’elle a vécu. Les chapitres sont les séances chez ce psy. On entre tout de suite dans le vif du sujet et du point de vue direct de la victime. Le sujet n’est pas novateur mais ça marche vraiment bien avec Séquestrée !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Sur ma peau de Gillian Flynn 3/5
Résumé
La ville de Wind gap dans le Missouri est sous le choc : une petite fille a disparu. Déjà l’été dernier, une enfant avait été sauvagement assassinée… Une jeune journaliste, Camille Preak, se rend sur place pour couvrir l’affaire. Elle même a grandi à Wind gap. Mais pour Camille, retourner à Wind gap, c’est réveiller de douloureux souvenirs. À l adolescence, incapable de supporter la folie de sa mère, Camille a gravé sur sa peau les souffrances qu’elle n’a pu exprimer. Son corps n’est qu’un entrelacs de cicatrices… On retrouve bientôt le cadavre de la fillette. Très vite, Camille comprend qu’elle doit puiser en elle la force d’affronter la tragédie de son enfance si elle veut découvrir la vérité…

Mon avis en bref
Un roman assez lent mais à l’ambiance malsaine parfaitement maîtrisée !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva /5
Résumé
Ils sont 12 candidats à entrer dans l’arène pour une expérience de téléréalité unique, un jeu de survie à une échelle inédite sur une côte reculée de l’est des États-Unis. Lâchés dans une nature hostile, sans cesse défiés, ils devront lutter contre la faim, la solitude, le danger, la peur, le noir, le froid, eux-mêmes et les autres, bien au-delà des limites du supportable. Le jeu continuera jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un, du moins officiellement.
Mais, très vite, le plan dérape. Le scénario semble échapper au jeu, la fiction littéralement dépassée par la réalité. Et la notion de survie, désormais, est à prendre au pied de la lettre…

Mon avis en bref
Un mélange de Koh Lanta, The Island et Battle Royal. Un récit de survivalisme qui prend une tournure très inattendue !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Je te vois de Clare Mackintosh 4/5
Résumé
Comme des milliers de Londoniens, Zoe Walker emprunte quotidiennement le métro et feuillette le journal distribué sur le quai. Un matin, elle y découvre sa photo dans les petites annonces, sous l’adresse d’un site Internet. Qui a pris ce cliché à son insu ? Dans quel but ? Et puis, est-ce bien elle ? Sa famille n’en est guère convaincue. Zoe ne trouve qu’une oreille attentive : celle de Kelly Swift, un agent de la police du métro. Car une succession d’incidents étranges, puis le meurtre d’une femme qui avait également découvert sa propre photo dans le journal persuadent Kelly que quelqu’un surveille les moindres faits et gestes des passagères. Chacune de leur côté, Zoe et Kelly vont lutter contre cet ennemi invisible et omniprésent.

Mon avis en bref
J’ai aimé beaucoup de choses dans ce roman ! Et mis à part une petite longueur en milieu de parcours, c’est un quasi sans-faute ! Le pitch est simple, les personnages sont relativement classiques pour le genre et pourtant, pas de routine dans le récit et la recette marche à fond !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Chacun sa vérité de Sara Lövestam 3,5/5
Résumé
« Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. »
Pour gagner sa vie tout en restant sous les radars, Kouplan propose ses services comme détective privé. Se faire invisible, évoluer dans la jungle du Stockholm underground, il connaît :  ancien journaliste d’investigation dans son Iran natal, Kouplan est sans-papiers. La fillette de sa première cliente a disparu. Pour une raison mystérieuse, elle aussi souhaite éviter l’administration… Dès lors, de bête traquée, le clandestin se fait chasseur.

Mon avis en bref
Vous le savez sûrement et sinon c’est l’occasion de le rappeler : je ne suis pas fan des polars nordiques que je trouve en général mou du genou. Chacun sa vérité ne fait pas franchement exception à la règle même s’il se passe pas mal de choses (et qu’il ne fait que 300 pages en poche). Par contre, les autres éléments du roman sont un plus suffisamment forts pour rendre la lecture plutôt agréable et faire oublier cette lenteur classique !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

L’enfant-rien de Nathalie Hug 3/5
Résumé
Aussi loin que je me souvienne, je l’attendais assis, le menton sur les genoux, les bras autour des jambes et le dos appuyé contre la porte du placard. N. H. Petit garçon étrange, Adrien guette chaque semaine l’arrivée du père de sa demi-sœur, dans l’espoir de recueillir un regard, une parole ou un geste tendre. S’il rêve d’un papa, Adrien veut surtout percer le secret de sa naissance, secret qu’il croit enfermé dans une boîte rouge, cachée hors de sa portée. Le jour où sa mère se fait renverser par une voiture et se transforme en « tas-de-fraises-à-la-crème », la possibilité d’une vie différente s’ouvre à lui. Mais Adrien, l’enfant-rien, peut-il vraiment trouver sa place dans une famille qui n’est pas la sienne ?

Mon avis en bref
Un roman très court, parfait pour finir le mois de #marsaufeminin ! Ça a été l’occasion de découvrir la plume de la moitié des Camug dont je n’ai encore rien lu (je sais !). Une belle histoire touchante de ce petit garçon qui veut savoir qui est son papa. Un roman dur et tendre à la fois !