Il est toujours minuit quelque part de Cedric Lalaury

Ma note : 3/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Il est toujours minuit quelque part
Auteur : Cedric Lalaury
Éditeur grand format : Préludes Editions
Date de sortie grand format : 7 février 2018
Nombre de pages : 352 pages

Résumé : Bill Herrington est un homme heureux. La cinquantaine approchant, mari et père comblé, il occupe un poste de professeur de littérature dans une prestigieuse université américaine. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes… jusqu’au jour où il trouve dans son casier l’exemplaire d’un roman à sensation publié par un mystérieux inconnu : Richard Philip Kirkpatrick. Pas de quoi chambouler Bill.
À un détail près : ce roman raconte une histoire vraie. Celle d’un crime dont Bill était persuadé que personne n’avait jamais eu connaissance. Sur une île qu’il aurait voulu oublier pour toujours.
Ce livre envahit bientôt l’existence de Bill et contamine tout autour de lui. Sa vie paisible et confortable, ainsi que son équilibre psychologique, vont vite menacer de voler en éclats sous l’effet dévastateur de ce roman vengeur qui a réveillé tous les fantômes du passé.

Ce que j’en ai pensé

Un roman au concept prometteur : un vieux crime refait surface avec un maître chanteur d’un genre tout particuliers et qui fait pression de manière originale (si ce n’est que je l’ai lu récemment dans l’excellent Mentor de Lee Matthew Goldberg, Hugo Thriller) avec un roman racontant de tragiques événements survenus 20 ans plus tôt.

Si Bill, le héros, n’avait pas été aussi mollasse et antipathique, je pense que j’aurai adoré ce roman parce que vraiment, tout était là pour un bon suspense ! Hélas, en plus d’avoir une personnalité désagréable, il attend que ça passe sans entrer vraiment dans l’action pour découvrir qui le fait chanter. Tout est très passif et ce genre de style m’ennuie sacrément !

Heureusement, l’identité du manipulateur, et surtout son lien avec les autres protagonistes, reste un point d’interrogation jusqu’à la fin. Fin qui, d’ailleurs, dépasse le reste du roman et a contribué à une meilleure note de lecture !

Tout n’est donc pas à jeter et certains apprécieront très certainement cette lecture !