Bilan mensuel février 2018

Salut les fans de noir !

Février s’achève et malgré les 28 petits jours qu’il contient, j’ai lu 13 romans ou 5032 pages (pas mal de plutôt petits). On sent que l’hiver était là avec ses soirées et week-ends au chaud sous le plaid ! J’en ai profité pour rattraper mon petit retard avec 8 Services Presse lus dont LE coup de cœur de février avec Âmes sœurs de John Marrs paru chez Hugo Thriller ! J’en profite pour remercier de nouveau les éditeurs qui me font confiance. Merci aussi à Pocket qui a organisé en milieu de mois un Apéro Polar au Badaboum à Paris. C’est à la suite de cette soirée que j’ai découvert la plume de Pierrick Gazaignes.

Hélas, j’ai aussi eu quelques déceptions. Les livres ne sont pas nécessairement mal notés parce que ce n’est pas parce que je n’ai pas aimé qu’ils ne sont pas bons. J’ai essayé de rester objective !

Je vous laisse avec le détail de mon bilan. Deux romans n’ont pas été chroniqués ce mois-ci (enfin, je retrouve l’intérêt initial de ces bilans littéraires mensuels !)

On se retrouve dans un mois pour le prochain et très bientôt pour la première chronique de mars !

Il est toujours minuit quelque part de Cedric Lalaury 2,5/5
Résumé
Bill Herrington est un homme heureux. La cinquantaine approchant, mari et père comblé, il occupe un poste de professeur de littérature dans une prestigieuse université américaine. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes… jusqu’au jour où il trouve dans son casier l’exemplaire d’un roman à sensation publié par un mystérieux inconnu : Richard Philip Kirkpatrick. Pas de quoi chambouler Bill.
À un détail près : ce roman raconte une histoire vraie. Celle d’un crime dont Bill était persuadé que personne n’avait jamais eu connaissance. Sur une île qu’il aurait voulu oublier pour toujours.
Ce livre envahit bientôt l’existence de Bill et contamine tout autour de lui. Sa vie paisible et confortable, ainsi que son équilibre psychologique, vont vite menacer de voler en éclats sous l’effet dévastateur de ce roman vengeur qui a réveillé tous les fantômes du passé.

Mon avis en bref
Un roman au concept prometteur mais un héros passif et antipathique. Heureusement, l’identité du manipulateur reste un point d’interrogation jusqu’à la fin.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Âmes sœurs de John Marrs 5/5 coup de cœur !
Résumé
Un simple test ADN suffit désormais pour vous permettre de trouver celui ou celle qui partage avec vous » le » gêne, celui qui indique que vous êtes faits l’un pour l’autre.
Dans le monde entier, des millions d’individus passent le test. Parmi eux, Jade, Mandy, Nick, Christopher et Ellis. Chacun croit avoir enfin trouvé son Binôme, le grand amour qui l’accompagnera jusqu’à la fin de ses jours. Sans se douter qu’un piège vient de se refermer sur eux et que pour certains, la fin arrivera beaucoup plus vite que prévu. Car les assassins aussi ont une âme sœur.

Mon avis en bref
Et bam un roman OVNI ! C’est à ça qu’on voit les coups de cœur ? Parce que j’ai hésité. Les personnages sont attachants mais ils ne vont pas me marquer comme ceux de la plupart de mes autres coups de cœur. Sauf qu’en fait j’ai arrêté d’hésiter. Ce roman est mon premier coup de cœur de février pour son originalité !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Toxique de Niko Tackian 4/5
Résumé
Janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, surnommé le Pitbull, connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes. À première vue, l’affaire est simple. « Dans vingt-quatre heures elle est pliée », dit même l’un des premiers enquêteurs. Mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît.

Mon avis en bref
Un roman coup de poing, un roman nerveux, un roman qui frappe fort, un roman qui boxe autant que son auteur (en amateur) ! J’ai adoré Tomar Khan, ce flic à la bonne morale mais très borderline
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Le bazar des mauvais rêves de Stephen King 4/5
Résumé
Un homme qui revit sans cesse sa vie (et ses erreurs), un journaliste qui provoque la mort de ceux dont il prépare la nécrologie, une voiture qui dévore les badauds… 20 nouvelles pour la plupart inédites, précédées chacune d’une introduction du maître sur les coulisses de leur écriture.

Mon avis en bref
En général, je ne suis pas très nouvelles. Je préfère les romans et les histoires plus développées. Mais là, ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de King et j’ai retrouvé sa plume et ses idées farfelues te terrifiantes avec plaisir ! Globalement, j’ai plutôt bien aimé ses nouvelles mais surtout la petit intro avec une anecdote avant chaque nouvelle.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

L’enfant aux yeux d’émeraude de Jacques Saussey 4/5
Résumé
David Courty mène une existence discrète et insipide entre sa femme Mira et sa fille Caroline, une adolescente taciturne. La découverte du cadavre de Mira et la disparition de Caroline dans des circonstances troublantes vont changer le cours de sa vie. Tout accuse David qui, sous l’apparence d’un homme effacé, se révèle dangereux et destructeur. Mais qui est-il véritablement ? L’enquête s’annonce épineuse pour le capitaine Magne et le lieutenant Lisa Heslin qui se lancent à sa poursuite. Ils doivent percer le mystère de ce suspect d’autant plus insaisissable qu’il n’y a aucune trace de son existence avant l’âge de six ans…

Mon avis en bref
Le 4e roman où l’on retrouve les enquêteurs Daniel et Lise. Une enquête haletante, une style cash et un final à couper le souffle !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Toute la vérité de Karen Cleveland 4/5
Résumé
Malgré un travail passionnant qui l’empêche de passer du temps avec ses enfants et un prêt immobilier exorbitant, Vivian Miller est comblée par sa vie de famille : quelles que soient les difficultés, elle sait qu’elle peut toujours compter sur Matt, son mari, pour l’épauler.
En tant qu’analyste du contre-renseignement à la CIA, division Russie, Vivian a la lourde tâche de débusquer des agents dormants infiltrés sur le territoire américain. Un jour, elle tombe sur un dossier compromettant son époux. Toutes ses certitudes sont ébranlées, sa vie devient mensonge. Elle devra faire un choix impossible : défendre son pays… ou sa famille.

Mon avis en bref
Un thriller d’espionnage au sein d’une famille. Des rebondissement et des retournements de situation mais surtout une question : parfait mari ou parfait menteur ? Vous ne le saurez pas avant le dernier mot de l’histoire !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Chimaeris d’Eric Tourville 3/5
Résumé
Burlington, Vermont. Le lieutenant Frémont s’apprête à passer une journée comme les autres dans sa petite bourgade de province, lorsque son téléphone sonne.
L’histoire s’ouvre de manière assez classique, comme un excellent thriller, dans le Vermont, pas très loin de Salem : une maison abandonnée, quatre cadavres de petites filles détruits au phosphore, un des corps qui manque, la poursuite qui commence… mais, insensiblement, l’auteur entraîne le lecteur bien au-delà du genre, dans une fiction qui tutoie la métaphysique.

Mon avis en bref
Ayez l’esprit ouvert aux expériences scientifiques qui dépassent notre univers pour vous y plonger ! Un roman prenant et complètement fou !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Le dernier message d’Eva de Pierrick Gazaignes 4/5
Résumé
Un soir de Noël, dans une cité.
À la suite d’une intervention musclée dans les caves d’un immeuble, Angel et son groupe découvrent le cadavre d’une jeune femme. Verdict : overdose. Or, il a beau n’être qu’un gardien de la paix un peu blasé, Angel comprend vite que rien ne colle. Voyous ultraviolents, notables débauchés, flics pourris… Il vient de mettre le pied dans un marigot aux ramifications tentaculaires. Et n’en sortira, envers et contre tous, qu’après avoir rendu justice… Sa justice.

Mon avis en bref
Je suis rarement fan des thrillers politiques remplis de corrompus, de parties fines et de meurtres résolus vite faits avec la solution simple de l’overdose… Oui, ce sont les éléments du roman de Pierrick Gazaignes et comme les exceptions sont là pour confirmer les règles : j’ai beaucoup aimé cette lecture !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

La maison de poupée de M. J. Arlidge 4,5/5
Résumé
Une jeune fille se réveille, désorientée, dans un lit qui n’est pas le sien. Prisonnière d’un simulacre de chambre reconstituée en sous-sol. La panique monte. Comment a-t-elle atterri là? Pourquoi? Non loin, des promeneurs font une découverte macabre : le corps décomposé d’une femme. Sa disparition n’a jamais été signalée : sa famille recevait régulièrement de ses nouvelles via les réseaux sociaux et n’avait donc aucune raison de s’inquiéter. Quel assassin peut être assez pervers pour jouer ainsi avec les proches de ses victimes? La détective Helen Grace se lance sur la piste de ce meurtrier redoutable. Un prédateur vicieux et intelligent qui ne recule devant rien. Mais elle doit faire vite. Quelque part, une femme lutte pour sa survie…

Mon avis en bref
J’ai retrouvé tout ce que j’ai aimé avec les deux premiers : des chapitres ultra courts favorisant l’addiction et la lecture rapide (« un dernier et je dors. Un dernier et je dors… ad libitum), Helen Grace l’enquêtrice ravagée par son passé, l’évolution de la vie de ses collègues et des problèmes de boulot qui vont avec (si tout se passe bien, on s’ennuie) et un tueur en série bien pervers !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Jeux de miroirs d’E. O. Chirovici 2,5/5
Résumé
Cette fois, il tient peut-être un best-seller. Pour Peter Katz, agent littéraire, le manuscrit qu’il reçoit a tout pour faire un succès : l’assassinat à Princeton du professeur Wieder, star de la psychologie cognitive, est un mystère vieux de trente ans… Le voilà raconté noir sur blanc, de l’intérieur : jeux de pouvoir, triangle amoureux, tout est là. Mais le texte s’arrête à la nuit du meurtre et son auteur vient de mourir… Qu’à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d’investigation pour écrire la suite du livre. De souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d’un maelström de fausses pistes.
Et si la vérité n’était qu’une histoire parmi d’autres ?

Mon avis en bref
Je partais plutôt d’un bon pied avec ce premier roman en anglais d’EO Chirovici, un auteur roumain. Le pitch m’intriguait même si c’est mon troisième roman récent avec un roman dans un roman et un meurtre narré dans ce roman du roman. Ou plutôt, dans ce cas présent, un manuscrit qui s’achève juste au moment du meurtre d’un illustre professeur d’université mais dont on ne sait absolument rien ! Cela partait donc bien mais je sors assez mitigée de cette lecture.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Terminus Elicius de Karine Giebel 3/5
Résumé
Toujours le même trajet. Istres-Marseille. Marseille-Istres. Sa mère, son travail. La vie de Jeanne est en transit. Elle la contemple en passager. Une lettre suffira à faire dérailler ce train-train morose : « Vous êtes si belle, Jeanne. » Glissée entre deux banquettes, elle l’attendait. Une déclaration. D’amour. De guerre. Car l’homme de ses rêves est un monstre, un tueur sans pitié. Elle sera sa confidente, son épaule. Il sera son âme sœur, son dilemme. Le terminus de ses cauchemars…

Mon avis en bref
Terminus Elicius est le premier roman de Karine Giebel et ça se sent ! Rien qu’en achetant le livre, tout fin par rapport aux autres, je savais que je n’aurai pas la même expérience qu’avec Meurtres pour rédemption, son second roman (de 1000 pages !). L’idée du roman est bien trouvée et plutôt rarement traitée. L’identité du tueur n’est pas limpide et il y a quelques surprises mais le tout semble inachevé. Sûrement parce que je suis habituée à plus ! Côté personnages, le petit manque se ressent aussi. Ils sont intéressants mais il manque quelques détails de leurs personnalité. Et Jeanne est une sacré tête à claque qui m’a agacée dès le début du roman ! Tout ça n’est pas bien positif pourtant j’ai passé un assez bon moment de lecture. Mais j’ai hâte de lire Le Purgatoire des Innocents !

 

Jusqu’à ce que la vérité nous sépare de Gillian McAllister 3,5/5
Résumé
Éperdument amoureux, Jack et Rachel attendent un heureux événement. Ils ne se connaissent que depuis quelques mois, mais ils sont confiants. Un soir, pourtant, Rachel lit un mail qui ne lui est pas destiné. Un mot imprime sa rétine : « atrocité ». Et le doute s’installe. Qui est vraiment le père de son enfant ?
Rachel veut connaître la vérité. Elle ne peut envisager l’avenir avec un homme qui ment sur son passé. Mais est-elle tout à fait honnête ? Un an plus tôt, elle a perdu son poste à l’hôpital dans des circonstances troubles. Un secret qu’elle s’est bien gardé de révéler…

Mon avis en bref
Encore un thriller psychologique familial, mais j’aime ça ! Pourtant, comme souvent dans ce sous-genre, il n’y a pas de meurtre, pas d’enquête. Enfin, pas au sens classique du terme. Manipulation, mensonges et secrets ! J’ai adoré !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Monsieur Le Commandant de Romain Slocombe 3/5
Résumé
1942. Parmi la multitude de dénonciations anonymes, cette lettre-ci, du moins, est signée : Paul-Jean Husson.
Fleuron de l’Académie française, pétainiste et antisémite convaincu, ce très respectable notable des lettres s’apprête à sacrifier plus que sa vie : son plus grand amour.
Elle est allemande, blonde, radieuse… et l’épouse de son fils. Une impossible passion, née de l’Exode sous le soleil normand, et que l’ignominie, la frustration, le dégoût de soi menacent de livrer aux bourreaux, d’un seul trait de plume.

Mon avis en bref
Monsieur Le Commandant est un roman épistolaire historique qui se déroule en pleine mise en place de la guerre et en pleine montée de l’antisémistisme. Paul-Jean Husson, l’auteur de cette loooongue lettre adressée à un Commandant allemand, est un antisémite né. Il utilise d’ailleurs de multiples synonymes tous plus péjoratifs les uns que les autres pour parler des Juifs et sa haine est palpable. Un récit dérangeant, basés sur des faits réels et une documentation énorme (tous les ouvrages consultés sont cités en fin de roman). Le style est, comme l’époque le veux, très soutenu et plutôt agréable à lire. J’ai comblé encore quelques lacunes historiques grâce à ce roman. Si cette période de l’Histoire vous intéresse, foncez !