Bilan mensuel janvier 2018

Bonjour tout le monde !

Pour ce mois-ci, je suis un peu en retard mais mon mois littéraire a été extrêmement chargé ! J’ai en effet lu 6544 pages en 16 romans grâce à 10 jours de vacances paradisiaques 100% far niente en République Dominicaine ! Un double record, en nombre de pages et en nombre de livres ! Les 7 derniers ont été lus depuis le 20 janvier et, des vacances, je n’ai pas eu le temps de penser aux chroniques. Même entre deux cocktails 🙂

Globalement, le mois de lecture a été plutôt très positif ! Merci Claire Favan pour le premier coup de cœur de l’année, eu avec Le tueur intime. Encore merci aux maisons d’éditions qui me font confiance et me font découvrir des lectures vers lesquelles je ne me serais pas tournée naturellement. Je pense notamment à Bragelonne avec Artémis, le thriller lunaire d’Andy Weir (Seul sur Mars).

C’est parti pour le détail de mes 15 lectures !

Rien ne se perd de Cloé Mehdi 4,5/5
Résumé
Une petite ville semblable à tant d’autres… Et puis un jour, la bavure… Un contrôle d’identité qui dégénère… Il s’appelait Saïd. Il avait quinze ans. Et il est mort… Moi, Mattia, onze ans, je ne l’ai pas connu, mais après, j’ai vu la haine, la tristesse et la folie ronger ma famille jusqu’à la dislocation… Plus tard, alors que d’étranges individus qui ressemblent à des flics rôdent autour de moi, j’ai reconnu son visage tagué sur les murs du quartier. Des tags à la peinture rouge, accompagnés de mots réclamant justice ! C’est à ce moment-là que pour faire exploser le silence, les gens du quartier vont s’en mêler, les mères, les sœurs, les amis… Alors moi, Mattia, onze ans, je ramasse les pièces du puzzle, j’essaie de comprendre et je vois que même mort, le passé n’est jamais vraiment enterré ! Et personne n’a dit que c’était juste…

Mon avis en bref
Magnifique roman noir qui traite avec finesse de plusieurs sujets difficiles : les violences policières, le suicide et l’abandon familial. La plume de Cloé Mehdi est fine et tranchante. Une auteure à suivre !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Pas un mot de Brad Parks 4/5
Résumé
Le juge Scott Sampson s’apprête à aller chercher ses enfants à l’école. Et à plonger en plein cauchemar. Il reçoit un message anodin de sa femme adorée, Alison : elle ira récupérer les jumeaux pour les emmener chez le médecin. Alison rentre à la maison. Seule. Elle n’a jamais envoyé ce texto. Le téléphone sonne. Les enfants ont été enlevés. Les ravisseurs n’exigent pas de rançon, mais des verdicts sur commande : si le juge n’obéit pas à leurs demandes, les petits le payeront très cher. Et évidemment : « Pas un mot ! » C’est le début d’un calvaire où chantage, mensonge et paranoïa feront vivre l’enfer à ces parents prêts à tout pour récupérer leurs enfants, quels que soient les dangers, les sacrifices et les compromissions.

Mon avis en bref
Très bon thriller judiciaire au suspense de fou malgré quelques lenteurs sur le métier de Juge. On suit cet enlèvement avec frénésie, sans lâcher le roman jusqu’au dénouement !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Running Man de Richard Bachman (Stephen King) 4/5
Résumé
Premier quart du xxie siècle. La dictature s’est installée aux États-Unis. La télévision, arme suprême du nouveau pouvoir, règne sans partage sur le peuple. Une chaîne unique diffuse une émission de jeux suivie par des millions de fans : c’est « La Grande Traque ». Ben Richards, un homme qui n’a plus rien à perdre, décide de s’engager dans la compétition mortelle.
Pendant trente jours il devra fuir les redoutables « chasseurs » lancés sur sa piste et activement aidés par une population encouragée à la délation. Tous les moyens sont bons pour éliminer Ben Richards…

Mon avis en bref
Les dystopies montrent rarement un futur attrayant et ce roman ne déroge pas à la règle. Pire que tout : la télé est obligatoire et les émissions de téléréalité pullulent ! Ben Richards participe à La Grande Traque (pour gagner de l’argent et sauver sa famille). Seul face à l’armée et au peuple qui peut le balancer s’il l’aperçoit, il doit survivre un mois pour gagner. On dirait un épisode de Black Mirror !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Le tueur intime de Claire Favan 5/5 Coup de cœur !
Résumé
Will Edwards, quinze ans, est quotidiennement battu, violé, humilié. Quand Samantha arrive dans sa classe, belle et protectrice, il renaît. Mais l’amourette se mue en déception. Décidé à se venger, Will apprend minutieusement les règles de la perversité et de la cruauté. Un véritable enragé ! Devenu un prédateur redoutable, il s’engage sur les routes des États-Unis à la rencontre de ses futures victimes.

Mon avis en bref
Pouah ! Le coup de cœur 2018 ! Claire frappe fort, longtemps, sadiquement, perversement, insidieusement pour nous pondre un bouquin qui nous remue tripes et cerveau ! C’est trash (et déconseillé aux âmes sensibles) mais tous les autres, faut foncer !!
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Claustrations de Salvatore Minni 3,5/5
Résumé
Ils ne se connaissent pas et pourtant, ils portent le même tatouage sur le bras…
Clara, disparue depuis plusieurs semaines, se réveille un matin étendue sur le sol d’une cellule obscure et infestée d’insectes ; Monsieur Concerto tente de découvrir les raisons qui l’ont conduit dans une chambre d’isolement, tandis que Charles se cloître de son plein gré.
Chacun d’entre eux se retrouvera face à son destin. Mais, dans leur quête de la vérité, ils se rendront très vite compte que les apparences ne sont pas celles qu’ils croyaient…

Mon avis en bref
La couverture de Nouvelles Plumes m’a tout de suite attirée vers ce roman assez angoissant ! Les courts chapitres rythment le récit et alternent avec une tranche de vie de chacun des protagonistes. On va de révélation en révélation jusqu’à un final assez surprenant.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

7/13 de Jacques Saussey 5/5
Résumé
Hiver 2015. Durant l’absence prolongée des propriétaires, une villa de la banlieue parisienne est le théâtre d’un crime atroce. Lorsqu’il arrive sur les lieux, le capitaine Magne découvre avec effroi que le corps n’est plus reconnaissable. Pas de vêtements, pas de papiers : l’identification s’annonce compliquée.
Décembre 1944. Londres. Un officier américain scrute avec inquiétude le brouillard qui plombe le ciel de l’Angleterre. Il projette de traverser la Manche au plus vite pour rejoindre la France où il doit préparer l’arrivée prochaine de ses hommes. Le mauvais temps s’éternise mais bientôt, une proposition inattendue va faire basculer son destin.
Soixante-dix ans plus tard, elle confrontera les enquêteurs du quai des Orfèvres à l’un des mystères les plus stupéfiants qu’ils aient jamais rencontrés.

Mon avis en bref
10e roman et toujours aussi puissant ! Ok, je n’ai pas lu les précédents avec Daniel et Lise mais je retrouve le style et la plume que j’avais adoré dans le Loup peint. Un roman ultra documenté sur un mystères datant de 70 ans et un présent sombre. A lire impérativement !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Artémis d’Andy Weir /5
Résumé
Jazz n’a pas demandé à devenir une héroïne. Elle voulait juste être riche. Pas riche comme tous ces milliardaires qui visitent Artémis, sa ville, la seule colonie humaine de l’espace. Mais assez riche pour dormir dans un vrai lit et manger autre chose qu’une infâme bouillie d’algues. Alors, Jazz a saisi sa chance. Certes, elle a mis son intelligence et ses compétences au service du crime – au menu : contrebande, mécanique et explosions en tout genre. Mais mission accomplie !
Le problème, c’est que, sans le savoir, Jazz a pris part à une conspiration qui menace la sécurité d’Artémis. Et ça, Jazz ne peut pas laisser faire. Poursuivie par un tueur et désormais hors-la-loi, elle doit inventer le plan le plus génial de tous les mondes si elle veut sauver sa peau…

Mon avis en bref
La surprise de janvier ! Moi qui n’aime pas les romans spaciaux, j’ai adoré ce thriller lunaire avec l’attachante Jazz ! Le nouveau roman d’Andy Weir (auteur de Seul sur Mars) est excellent !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Le tueur de l’ombre de Claire Favan 5/5
Résumé
Un coup de téléphone, en pleine nuit. Et le cauchemar qui recommence…
R.J. Scanlon, profiler au FBI, croyait en avoir fini avec Will Edwards. Mais en quittant la route, le fourgon qui transportait le plus terrible serial killer de ces dernières années a libéré la bête…
R.J. en est certain : Samantha – qui partageait jadis la vie de Will – et lui seront les prochains sur la liste. Mais quand les meurtres reprennent, plus cruels que jamais, de subtiles variations dans la signature du dément sont perceptibles.
Ont-ils affaire à un imitateur ? Non, bien pire…

Mon avis en bref
Je ne pouvais pas attendre plus longtemps avant de bondir sur Le Tueur de l’ombre. La fin du Tueur intime est un beau cliffhanger et je n’avais pas d’autre choix que de poursuivre ma lecture. Il faut voir ces deux romans comme un seul long roman en fait. C’est vraiment la continuité du premier.
Attention : ne lisez pas cette chronique si vous n’avez pas lu le premier (mais si vous l’avez lu, je ne spoile pas le second 🙂 )
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Jeu de massacre à Berlin d’Elisabeth Herrmann 3/5
Résumé
Joachim Vernau, avocat désabusé et sans le sou, est invité à donner des cours de plaidoirie dans un des lycées les plus chics de Berlin pour arrondir ses fins de mois.
Mais quelques jours après sa prise de fonction, l’une des élèves disparaît dans des circonstances obscures.
Au même moment, il s’aperçoit que tous les élèves s’adonnent à des jeux macabres, et commencent à recevoir de mystérieux SMS d’une certaine « Reine noire ».
Joachim va se retrouver à enquêter, bon gré mal gré, sur cette disparition et sur ces pratiques estudiantines pas si bon enfant…

Mon avis en bref
On a tout pour passer un excellent d’angoisse avec ce thriller psychologique. Hélas, la recette n’a pas fonctionné avec moi. Peut-être ne suis-je pas faite pour les thrillers allemands 🙂
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Juste après la vague de Sandrine Collette 5/5
Résumé
Il y a six jours, un volcan s’est effondré dans l’océan, soulevant une vague titanesque, et le monde a disparu autour de Louie, de ses parents et de ses huit frères et sœurs. Leur maison, perchée sur un sommet, a tenu bon. Alentour, à perte de vue, il n’y a plus qu’une étendue d’eau argentée. Une eau secouée de tempêtes violentes, comme des soubresauts de rage. Depuis six jours, ils espèrent voir arriver des secours, car la nourriture se raréfie. Seuls des débris et des corps gonflés approchent de leur île.
Et l’eau recommence à monter. Les parents comprennent qu’il faut partir vers les hautes terres, là où ils trouveront de l’aide. Mais sur leur barque, il n’y a pas de place pour tous. Il va falloir choisir entre les enfants.

Mon avis en bref
Décidément, la plume de Sandrine Collette fait mouche à chaque fois avec moi ! Les ingrédients sont les mêmes mais l’émotion change à chaque récit. Juste une vague est un roman terriblement poignant, où l’ont retrouve la dureté et le sadisme de Sandrine Collette !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Black Coffee de Sophie Loubière 3/5
Résumé
Narcissa, Oklahoma, juillet 1966. Un jour de grand beau temps, un homme fut pris d’un coup de folie. Il égorgea une femme dans une maison et poignarda une petite fille dans le jardin. Il laissa pour morte une mère de famille et son fils, puis repartit à bord d’une Ford Mustang, couvert de sang.

Été 2011. Une Française, Lola Lombard, part à la recherche du père de ses deux enfants, volatilisé sur la route 66. Sa seule piste : un cahier que son mari lui aurait envoyé et qui pourrait bien être la preuve de l’existence d’un des plus ahurissants criminels que les États-Unis aient connu… et dont le chemin traversait déjà la petite ville de Narcissa à l’été 1966.

Mon avis en bref
Merci Mickaël et merci le sort de m’avoir fait gagner ce roman 🙂
Les avis mitigés sur ce roman m’ont intrigués autant que le sujet : La Route 66 qui va de Chicago à Los Angeles aux Etats-Unis.
Les vacances étaient l’opportunité parfaite pour lire ce long roman de plus de 600 pages. Un thriller plutôt bien ficelé et qui nous fait voyager tout au long de cette route mythique des USA ! Seul gros bémol : je l’ai trouvé long à lire, même entre deux cocktails 🙂
Sa suite, White Coffee m’attend dans ma PAL. L’avez-vous lu ?

 

Les dix petits Nègres d’Agatha Christie 5/5
Résumé
En a-t-on parlé de l’Île du Nègre! Elle avait, selon certains, été achetée par une star de Hollywood.Des journaux avaient insinué que l’Amirauté britannique s’y livrait à des expériences ultrasecrètes. Bref, quand ils reçurent –sans savoir de qui– cette invitation à passer des vacances à l’Île du Nègre, tous les dix accoururent.

Mon avis en bref
J’ai encore eu cette impression de jouer au Cluedo, j’ai adoré cette foule de personnages haut en couleurs. J’ai été prise dans ce huis-clos sur cette petite île britannique et sur les secrets dévoilés au fur et à mesure.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Celui dont le nom n’est plus de René Manzor 5/5
Résumé
Et si les tueurs étaient en fait les victimes ?
« Puissent ces sacrifices apaiser l’âme de Celui dont le nom n’est plus. »
Pour la deuxième fois en deux jours, ce message énigmatique signe une scène de crime londonienne. Rien ne relie les victimes – pas même leurs assassins, qui ne se connaissaient pas, et qui ont chacun, lors de leur arrestation, avoué avoir tué la personne qu’ils aimaient le plus au monde. Pourtant les faits sont là : le rituel religieux, le message, le cadavre vidé de ses organes – ces meurtres sont commis selon le même mode opératoire.
Le commissaire McKenna, vieux routier de Scotland Yard, et le docteur Dahlia Rhymes, criminologue américaine, pressentent que la série n’en est qu’à ses débuts.
À moins de mettre, au plus vite, un nom sur l’horreur…

Mon avis en bref
René Manzor est un scénariste et réalisateur. Il a travaillé en France et aux Etats-Unis principalement. On retrouve dans ce second roman ses compétences de scénaristes avec une intrigue parfaitement ficelée et un message fort.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Six fourmis blanches de Sandrine Collette 5/5
Résumé
Dans ces montagnes du nord de l’Albanie, le mal rôde toujours. Dressé sur un sommet aride et glacé, Matthias s’apprête pour la cérémonie du sacrifice. Très loin au-dessous de lui, le village entier retient son souffle. À des kilomètres de là, Lou et ses compagnons partent pour trois jours de trekking intense. Mais, égarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de l’un d’entre eux, ils vont devoir lutter pour survivre.

Mon avis en bref
Encore un roman noir déchirant avec la nature tourmentée en avant-poste et un groupe de randonneurs débutants qui lutte comme il peut contre les hommes et la montagne. A lire !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Fais-le pour maman de François-Xavier Dillard 4/5
Résumé
Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa soeur adolescente, Valérie, et leur mère. Cette dernière arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, occupant un job ingrat qui lui prend tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère : elle accuse son petit garçon d’avoir blessé sa soeur. Elle sera condamnée à cinq de prison.
Des années plus tard, alors que sa soeur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue, Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires… Mais de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients annoncent le retour funeste des voix du passé…

Mon avis en bref
Fais-le pour maman est le second roman de François-Xavier Dillard mais c’est surtout un sombre thriller familial auquel on reste accroché jusqu’à la dernière ligne !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Quand la neige danse de Sonja Delzongle 5/5
Résumé
Quatre fillettes mystérieusement disparues, quatre poupées en porcelaine, sosies des enfants, envoyées à leurs parents un mois plus tard.
À Crystal Lake, petite ville paisible sous le coup d’un hiver glacial, non loin de Chicago, Joe Lasko est prêt à tout pour retrouver sa fille de quatre ans, Lieserl. Il engage son amour de jeunesse devenue détective privée pour mener leur propre enquête mais, aidés de la célèbre profileuse Hanah Baxter et son inséparable pendule, ils sont loin d’imaginer l’ampleur des secrets liés à ces disparitions.

Mon avis en bref
C’est pas compliqué, j’ai tout adoré ! J’ai adoré les personnages, j’ai adoré l’enquête et j’ai adoré la complexité de l’intrigue et son final fou ! Attention, j’ai dit complexe mais je n’ai pas dit compliqué.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.