Bilan mensuel septembre 2017

Bonjour tout le monde !

Septembre fut un mois riche en lecture grâce à un petit arrêt nécessaire au bon rétablissement de mon genou de vieille. J’ai approché mon score de cet été avec 4234 pages lues, divisées en 11 romans. Ce mois-ci, j’ai eu un coup de cœur de ouf (Cyanure), un coup de cœur normal (Le vide), 8 lectures très agréables (notées 4 ou 5) et une belle déception (ça faisait longtemps !).

Ce mois-ci, j’ai dépassé le nombre de livres lus l’année dernière ! Mon score de 2016 était de 74 livres lus et j’ai terminé septembre avec mon 77eme roman ! Une bonne année littéraire qui se profile !

Encore une fois, je remercie tous les éditeurs qui me font confiance et me permettent de découvrir de beaux romans.

Une fois n’est pas coutume, je vous présente mes lectures en commençant par Cyanure, qu’il faut absolument sortir du lot !

Cyanure de Laurent Loison 5/5 Coup de cœur+++
Résumé
Branle-bas de combat au 36, quai des Orfèvres. Toujours assisté de sa complice Emmanuelle de Quezac et du fi dèle capitaine Loïc Gerbaud, le célèbre et impétueux commissaire Florent Bargamont se trouve plongé dans une enquête explosive bien différente des habituelles scènes macabres qui sont sa spécialité.
Un ministre vient en effet d’être abattu par un sniper à plus de 1200 m. Sachant que seules une vingtaine de personnes au monde sont capables d’un tel exploit, et que le projectile était trempé dans du cyanure, commence alors la traque d’un criminel particulièrement doué et retors.
Les victimes se multiplient, sans aucun lien apparent et n’ayant pas toutes été traitées au cyanure. Balle ou carreau d’arbalète, la précision est inégalée. Ont-ils affaire à un ou plusieurs tueurs ? Un Guillaume Tell diaboliquement efficace se promène-il dans la nature ?
Tandis que Barga doit faire face à de perturbantes révélations et se retrouve dans une tourmente personnelle qui le met K.O., les pistes s’entremêlent jusqu’au sommet de l’État, où le président de la République n’est peut-être pas seulement une cible.

Mon avis en bref
Vous voulez un polar fou à la fin totalement inédite ? Foncez sur Cyanure, sorti le 21 septembre ! L’expérience est unique, au sens propre du terme. Un roman immersif et addictif !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman et pour en savoir un peu plus, vous pouvez aussi aller (re)lire l’interview de Laurent Loison !

 

Un vent de cendres de Sandrine Collette 4/5
Résumé
Malo a un mauvais pressentiment. Depuis leur arrivée au domaine de Vaux pour faire les vendanges, Octave, le maître des lieux, regarde sa sœur Camille d’un œil insistant. Le jeune homme voudrait quitter l’endroit au plus vite. Camille trouve ses inquiétudes ridicules, mais l’étrange fascination d’Octave met son frère mal à l’aise. Camille, elle, oscille entre attirance et répulsion envers cet homme au visage lacéré par une vieille blessure. Ils se disputent et, le troisième jour, Malo n’est plus là. Alors que personne ne semble s’en soucier, Camille sent aussitôt qu’il s’est passé quelque chose. Leur reste-t-il une chance de sortir vivants de ce lieu ou le piège est-il déjà refermé ?

Mon avis en bref
Un vent de cendres, un récit poignant et dérangeant, à l’atmosphère lourde et glauque comme Sandrine Collette sait le faire !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Le Vide de Patrick Sénécal 5/5 Coup de cœur
Résumé
Drummondville, Québec. « Vivre au max », une nouvelle émission de téléréalité, défraie la chronique. Son fondateur, le milliardaire Max Lavoie, a tout quitté pour se lancer dans ce projet. Il s’est attiré les foudres de la commission de censure et a choqué les âmes sensibles en proposant de réaliser en direct les rêves les plus fous des candidats. Quel fantasme délirant les participants vont-ils demander à l’animateur de réaliser ? Jusqu’où iront-ils ? La téléréalité va-t-elle dépasser la fiction ? Prenez garde mesdames et messieurs : plus loin vous repousserez les limites, plus longue sera la chute… dans le vide.

Mon avis en bref
Au-delà d’une critique de la télé-réalité et de son public, Le Vide de Patrick Sénécal est une plongée dans le noir de l’Homme. Une claque littéraire !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Deux gouttes d’eau de Jacques Expert 4/5
Résumé
Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt, tuée à coups de hache. Elle s’appelle Élodie, et l’enregistrement d’une caméra de surveillance permet d’identifier son ami, Antoine Deloye, sortant de chez elle, l’arme du crime à la main. Immédiatement placé en garde à vue, Antoine s’obstine, malgré les évidences, à nier les faits. Il accuse son frère jumeau, Franck, d’avoir profité de leur ressemblance pour mettre au point une machination destinée à le perdre. Quand Franck Deloye arrive au commissariat central pour être entendu, le trouble est immense : il est impossible de différencier les deux hommes, qui se ressemblent, littéralement, comme deux gouttes d’eau.

Mon avis en bref
Encore un roman sur la gémellité avec Deux gouttes d’eau de Jacques Expert et l’occasion de découvrir un nouvel auteur ! Un bon moment de lecture malgré quelques longueurs. La fin m’a tout fait oublier !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Le zoo de Gin Phillips 5/5
Résumé
Le zoo est sur le point de fermer ses portes. Joan et son fils de quatre ans, Lincoln, sont dans leur coin préféré, à l’écart du chemin principal. Ils profitent des dernières minutes. Mais quand ils se dirigent vers la sortie, ce qu’ils découvrent transforme cette journée de rêve en cauchemar : des corps étalés sur l’herbe, des hommes armés de fusils. Sans réfléchir, Joan prend son enfant dans ses bras et court, jusqu’à en perdre le souffle, jusqu’à ce que ses muscles la brûlent.
Pendant trois heures, la mère et son fils vont se retrouver piégés avec les animaux et les tueurs. Pour sauver Lincoln, Joan est prête à tout… même au pire.

Mon avis en bref
Le zoo de Gin Phillips est un huis-clos ultra réaliste et hyper prenant. Addictif et angoissant comme il faut ! Il est sorti le 21 septembre en librairie !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Mör de Johana Gustawsson 5/5
Résumé
Mör : adj. fém. En suédois, signifie « tendre ». S’emploie pour parler de la viande.
Falkenberg, 16 juillet 2015. Sur les rives d’un lac, on retrouve le cadavre affreusement dépecé d’une femme. Ses seins, ses fesses, ses cuisses et ses hanches ont été amputés de plusieurs kilos de chair.
Londres, le lendemain matin. La profileuse Emily Roy est appelée sur les lieux d’une disparition inquiétante : l’actrice Julianne Bell a été enlevée à l’aube, et ses chaussures ont été retrouvées à proximité de chez elle, emballées dans un sac de congélation.
Ces deux crimes portent la signature de Richard Hemfield, le « tueur de Tower Hamlets », enfermé à perpétuité à l’hôpital psychiatrique de haute sécurité de Broadmoor. Dix ans plus tôt, il a été reconnu coupable du meurtre de six femmes et de celui de l’ancien compagnon de l’écrivaine Alexis Castells. Comment alors expliquer que ses crimes recommencent ?

Mon avis en bref
Mör, le second roman noir, glauque et finement tissé de Johana Gustawsson. Encore mieux que l’excellent Block 46 !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Piège nuptial de Douglas Kennedy 5/5
Résumé
Ce qui a manqué à Nick, journaliste américain en virée dans le bush australien ? Quelques règles élémentaires de survie :
1) Ne jamais conduire en pleine nuit sur une route déserte : un kangourou se ferait une joie de défoncer votre pare-chocs.
2) Ne jamais céder aux charmes d’une auto-stoppeuse du cru.
3) Et ne jamais se laisser droguer, enlever et épouser par ladite autochtone.
Dans son village, en effet, le divorce n’est pas autorisé. Mais le nombre de veuves y est impressionnant…

Mon avis en bref
Avec Piège nuptial, Douglas Kennedy nous plonge dans l’aride bush australien, en plein dans le désert de terre rouge et à la chaleur accablante. Le roman est court et on ne perd pas de temps pour rien : on est complètement happé par cette ambiance étouffante ! Une réussite !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Itinéraire d’une mort annoncée de Fabrice Barbeau 1/5
Résumé
Alors qu’il avait tout pour réussir, Anthony a été rattrapé par les fantômes de son passé : divorcé, ruiné et ne supportant plus le poids de ses erreurs, il cherche son salut dans l’alcool et les psychotropes.
Lorsque Mélanie, son ange gardien, lui organise un anniversaire avec ses amis d’enfance en pleine campagne lilloise, il est loin de se douter qu’un piège millimétré se referme peu à peu sur lui.Les heures défilent et les cadavres s’accumulent. Anthony devra trouver la force d’affronter son passé s’il veut survivre.
Mais alors que les minutes s’égrènent, tout devient flou : Anthony est-il coupable ou victime ? Jamais Le tic-tac d’Une horloge n’aura été si angoissant.

Mon avis en bref
Je ne m’étalerai pas sur ce roman que j’ai trouvé très bâclé et digne d’un premier jet. Les personnages ne sont pas assez travaillés, les émotions sont survolées et j’ai grillé le scénario et la fin dès la première page. La page de pathos sur les attentats de Charlie Hebdo, sans lien avec le récit a achevé de me convaincre sur cette lecture. Une énorme déception et un roman qui dénote au milieu de tous les excellents titres d’Hugo Thriller.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Le Cramé de Jacques-Olivier Bosco 4/5
Résumé
Le problème avec le Cramé, c’est que même l’enfer ne veut pas de lui !
Le Cramé et sa bande ont écumé le pays pendant deux ans. Une épopée commando qui s’est achevée sous les balles et dans le sang. À cause d’une balance, trois de ses amis ont pris le raccourci pour l’Enfer, et pour le Cramé, c’est le purgatoire. Mais attendre au placard que le diable réclame son dû n’est pas trop le genre de la maison. Et comme une banale cavale, ce n’est pas assez pour le Cramé, une évasion rocambolesque le conduit tout droit au commissariat de Saint-Denis… qu’il infiltre dans la peau d’un flic.
Lancé malgré lui sur la piste d’un garçon disparu, le Cramé ne perd pas de vue l’essentiel : retrouver le traître qui les a donnés.

Mon avis en bref
Le Cramé de Jacques-Olivier Bosco, aussi burné que Brutale et la même ambiance de gangster corse !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Trafics de Benoît Séverac 4/5
Résumé
Toulouse, quartiers nord, écrasés par la fournaise de l’été, les trafics, l’ennui, le désespoir. Sergine Hollard est de garde dans sa clinique vétérinaire quand la jeune Samia vient la chercher en pleine nuit. Il y a un chien dans une cave de la cité, il est malade, il va mourir. Sergine doit le sauver, Sergine ne doit rien dire. Et contre toutes les règles de prudence, parce que Samia la touche, la vétérinaire accepte. De soigner un chien rempli de drogue appartenant à un caïd du quartier de la ville où la criminalité est la plus élevée, un quartier pris en étau entre rêves d’argent facile et rêves de djihad. Des rêves qui risquent de transformer la vie de Sergine en cauchemar…

Mon avis en bref
Trafics / Le chien arabe de Benoît Séverac : Un très bon polar sociétal qui traite du trafic de drogue et du terrorisme dans la banlieue des Izards à Toulouse.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Le couple d’à côté de Shari Lapena 4/5
Résumé
Anne et Marco sont invités à dîner chez leurs voisins. Au dernier moment, la baby-sitter leur fait faux bond. Qu’à cela ne tienne : ils emportent avec eux le babyphone et passeront toutes les demi-heures surveiller le bébé. La soirée s’étire. La dernière fois qu’ils sont allés la voir, Cora dormait à poings fermés. Mais de retour tard dans la nuit, l’impensable s’est produit : le berceau est vide.
Pour la première fois, ce couple apparemment sans histoire voit débarquer la police chez lui. Or, la police ne s’arrête pas aux apparences… Qu’est-ce que l’enquête va bien pouvoir mettre au jour ?

Mon avis en bref
Ma dernière lecture de septembre était la masse critique Le couple d’à côté de Shari Lapena. Un thriller psychologique sympa malgré des ficelles assez voyantes.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.