Tu tueras le Père de Sandrone Dazieri

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Tu tueras le Père
Auteur : Sandrone Dazieri
Éditeur grand format : Robert Laffont, coll. La Bête Noire
Date de sortie grand format : 8 octobre 2015
Éditeur poche : Pocket
Date de sortie poche : 13 octobre 2016
Nombre de pages en poche : 744 pages

Résumé : Non loin de Rome, un homme affolé tente d’arrêter les voitures. Son fils de 8 ans a disparu et le corps de sa femme gît, décapité, au fond d’une clairière.
Le commissaire Colomba Caselli ne croit pas au drame familial et fait appel à un expert non conventionnel : Dante Torre. Aussi ironique que paranoïaque, il n’est pas un spécialiste en disparitions d’enfants pour rien. Kidnappé à l’âge de 6 ans, il a grandi enfermé dans un silo à grains avant de parvenir à s’échapper. Pendant des années, son seul contact avec l’extérieur a été son mystérieux geôlier, qu’il appelle « le Père ». Et Dante en est sûr aujourd’hui : le Père est de retour…

Ce que j’en ai pensé

Enfin ! Je me suis lancée dans l’excellent Tu tueras le Père de Sandrone Dazieri, encensé par la critique, vendu dans une dizaine de pays. Best-seller en Allemagne, en Italie (selon Il Corriere della Sera). 744 pages de bonheur !

Le week-end dernier, Sandrone Dazrieri a remporté le Prix Saint-Maur en Poche Polar avec Tu tueras le Père ! Un grand bravo, c’est mérité !

J’ai adoré rencontrer les deux protagonistes principaux : Colomba Caselli, commissaire en arrêt qui enchaîne les crises d’angoisse et Dante Torre, l’Enfant Silo, qui est claustrophobe a un niveau digne d’un épisode de Tellement Vrai (ou Confessions Intimes pour les plus vieux). J’ai hâte de retrouver ce duo de choc dans Tu tueras l’ange qui est déjà dans ma PAL.

Malgré la taille du roman, on ne s’ennuie pas une seconde. Il est rempli de rebondissements dignes d’un film d’espionnage ! Excellemment bien ficelé, vous ne découvrirez jamais la fin avant les 100 dernières pages, où tout se met en place. J’aimerai tellement en parler un peu plus ! Mais impossible sans gâcher votre lecture. Par contre, n’hésitez pas à m’envoyer un message pour discuter de la fin si vous l’avez lu 🙂