Criminal loft d’Armelle Carbonel

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Criminal Loft
Auteur : Armelle Carbonel
Éditeur grand format : Fleurs sauvages
Date de sortie grand format : 4 septembre 2015
Éditeur poche : Milady
Date de sortie poche : 18 novembre 2016
Nombre de pages en poche : 462 pages

Résumé : Huit condamnés à mort ont été sélectionnés pour un show de télé-réalité. Chaque semaine, en direct, vous avez le pouvoir de les éliminer.
Un lieu : le sanatorium de Waverly Hills, aux États-Unis.
Entre ses murs doit se dérouler le show de télé-réalité le plus extrême de l’histoire.
Huit criminels y sont enfermés. Surveillés nuit et jour, ils sont prêts à tout, surtout au pire, pour convaincre des millions de téléspectateurs qu’ils méritent de vivre. Leur sort est entre vos mains…

Ce que j’en ai pensé

Oserez-vous pénétrer dans ce terrifiant huis-clos signé Armelle Carbonel ?

Au programme : un « Secret Story » de condamnés à mort. Des secrets à découvrir, un sanatorium hanté et une belle critique des émissions de télé-réalité et de notre société. Un scénario bien ficelé, des personnages à la psychologie bien peaufinée. Un excellent premier thriller !

Commençons par ce lieu. Waverly Hills. Un sanatorium situé aux États-Unis où ont été soignés des milliers de tuberculeux au début des années 1900. Cet endroit a réellement existé et fait froid dans le dos. Les techniques barbares utilisées pour guérir les malades ont laissé des traces… à jamais 😀 Considéré comme le lieu le plus hanté (avec des mesures paranormales effectuées par une équipe de scientifiques – Ghostbusters 🙂 ) des USA, les éléments paranormaux cités dans le roman ne sont pas inventés. Mary et la baballe existent. Enfin, pour ceux qui y croient 🙂

Ce Sanatorium est tellement connu pour son activité paranormales qu’il est utilisé dans plusieurs films ou séries, notamment la saison 2 d’American Horror Story.

Vous pouvez trouver des infos et témoignages partout sur le Web et même des avis Tripdavisor !

Ce Sanatorium est tellement présent dans le roman qu’il devient le 9e personnage de ce jeu de télé-réalité hors du commun. C’est puissant ! Le travail de documentation est à souligner et applaudir !

 

Côté télé-réalité, ça ressemble vachement à ce qu’on connait. Un lieu clos et isolé du reste du monde. Des gens enfermés qu’on regarde « vivre ». Des secrets. La Voix. OK, les participants sont des condamnés à mort et alors ? Les alliances, les techniques pour gagner, les coups dans le dos pour que les adversaires soient nominés d’office à la prochaine élimination… Tout est identique sauf qu’à la clef c’est pas 100 000 boules, c’est la sortie du couloir de la mort. Mais… cher lecteur, tu t’es pas trouvé un peu voyeur sur ce coup-là ? C’est addictif ce besoin de connaître les secrets, hein ? Je sais, je suis aussi tombée dans le piège 🙂 Mais là, Armelle nous emmène plus loin dans la perversion avec un voyeurisme malsain et nous dévoile le côté obscur de la Prod qui n’est là, en réalité, que pour nous manipuler avec des extraits hors-contexte pour nous mener à la baguette et nous faire voter ce qu’ils veulent vraiment.

« Les médias ont le monopole du pouvoir. Ils gouvernent le monde. »

 

Ce qui m’a fait aimer encore un peu plus ce roman terrifiant, ce sont les petits clins d’œil à Stephen King. L’auteure est fan et ça se voit ! Elle cite la ville de Bangor et Criminal Loft m’a fait penser à Marche ou Crève ou Running Man. Les concepts sont éloignés mais pas la cruauté humaine de tuer pour gagner.

Vous êtes convaincus ? Armelle, on se voit au SMEP pour Majestic Murder que je DOIS me procurer !