Bilan mensuel avril 2017

Bonjour tout le monde !

Voici venue l’heure du bilan littéraire de ce mois d’avril. Grâce au défi « Week-end à 1000 » (challenge qui consiste à lire 1000 pages du vendredi 19h au dimanche minuit. Il a lieu 4 fois par an), j’ai pu faire gonfler le nombre de livres lus et le nombre de pages ! Ce mois-ci, le score est de 8 romans dont un coup de cœur et aucune grosse déception (mais une petite) et 2987 pages lues ! J’ai raté le challenge mais j’ai lu 700 pages quand même 🙂 et je suis fière de moi !
Passons aux avis de ce mois d’avril, dans l’ordre de lecture 🙂

Les filles des autres d’Amy Gentry – Robert Laffont, La Bête Noire : 4/5
Résumé
Êtes-vous bien certaine de connaître votre fille ? D’ailleurs, est-ce vraiment la vôtre ?
À 13 ans, Julie Whitaker a été kidnappée dans sa chambre au beau milieu de la nuit, sous les yeux de sa petite sœur. Dévastée, la famille a réussi à rester soudée, oscillant entre espoir, colère et détresse. Or, un soir, huit ans plus tard, voilà qu’une jeune femme pâle et amaigrie se présente à la porte : c’est Julie.
Passé la surprise et l’émotion, tout le monde voudrait se réjouir et rattraper enfin le temps perdu. Mais Anna, la mère, est très vite assaillie de doutes. Aussi, lorsqu’un ex-inspecteur la contacte, elle se lance dans une tortueuse recherche de la vérité – n’osant s’avouer combien elle aimerait que cette jeune fille soit réellement la sienne…

Mon avis en bref
Très bon thriller psychologique, si on met de côté quelques éléments traités un peu rapidement. Le reste est là : un bon suspense, des twists, des personnages intéressants.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Disparue de Darcey Bell – Hugo & Cie, Hugo Thriller : 5/5
Résumé
Elle est votre meilleure amie.
Elle connait tout vos secrets.
Et c’est ce qui la rend si dangereuse.
Tout oppose en apparence Stephanie, une jeune veuve sans emploi qui partage son temps entre son fils Miles et la rédaction de son « blog de maman », et Emily, une femme d’affaires sophistiquée et mariée. Elles s’entendent pourtant à merveille et ont noué, dans leur petite ville du Connecticut, une amitié aussi forte que celle qui lie leurs deux fils de cinq ans.
Et lorsqu’Emily lui demande de récupérer son fils Nicky à la sortie de l’école, Stephanie accepte tout naturellement. Mais les jours passent et Emily ne revient pas. Insidieusement, Stephanie prends alors sa place auprès de Sean, le mari d’Emily. Car on peut toujours compter sur elle pour s’occuper d’autrui. De façon peut-être un peu trouble, ambiguë et excessive parfois. C’est aussi ce que semble penser l’ombre qui, cachée, épie Stephanie et Sean, bien décidée à ce que chacun finisse par payer pour ses crimes.

Mon avis en bref
Encore un thriller psychologique pour cette seconde lecture d’avril, avec cette fois une originalité que j’ai bien aimée : le blog de Stephanie. Le roman s’ouvre sur quelques articles mettant en place l’histoire. La suite est pleine d’imprévus, de surprises et de rebondissements !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Am Stram Gram de M.J. Arlidge – 10/18 : 5/5 Coup de coeur d’avril
Résumé
Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d’une piscine vide dont il est impossible de s’échapper. À côté d’eux, un pistolet chargé d’une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s’intensifient, l’angoisse monte. Jusqu’à l’issue fatale. Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n’avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire. Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe. Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.

Mon avis en bref
Un brillant thriller psychologique (encore) qui va chercher les limites et explorer les réflexes de survie. Très bien construit, vous ne le lâcherez pas avant de l’avoir terminé ! Les tout petits chapitres facilitent la lecture addictive. A lire d’urgence !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Vongozero de Yana Wagner – Mirobole Editions : 3/5
Résumé
Anna vit avec son mari et son fils dans une belle maison près de Moscou. Un virus inconnu a commencé à décimer la population. Dans la capitale en quarantaine, la plupart des habitants sont morts et les survivants – porteurs de la maladie ou pillards – risquent de déferler à tout instant. Anna et les siens décident de s’enfuir vers le nord, pour atteindre un refuge de chasse sur un lac à la frontière finlandaise : Vongozero. Bientôt vont s’agréger à leur petit groupe des voisins, un couple d’amis, l’ex-femme de Sergueï, un médecin… Le voyage sera long, le froid glacial, chaque village traversé source d’angoisse, l’approvisionnement en carburant une préoccupation constante.

Mon avis en bref
Un avis très mitigé pour ce roman post-apocalyptique que j’attendais avidement. Il est dans ma PAL depuis un peu moins d’un an et j’avais de grands espoirs… déçus.

Tout commence comme il faut : une épidémie, Moscou en quarantaine, des milliers de morts. La base est posée et on attend l’action. Mais elle ne vient pas. La petite bande de survivants décide de traverser le pays pour rejoindre un lac, le lac Vongozero, où ils espèrent vivre loin de l’épidémie mondiale dans la maison située au milieu du lac. Le thème est prometteur mais l’absence de malades sur la route, de réels dangers, de rencontres dangereuses m’ont beaucoup manqués.

Heureusement, c’est très bien écrit et je l’ai lu assez vite mais ça ne m’a pas retiré le petit ennui qui m’a suivi jusqu’à la dernière page. Je m’attendais trop à un remake russe de 28 jours plus tard ou quelque chose dans le même genre alors qu’il fallait y voir un roman psychologique de l’organisation de la survie d’une femme et de son entourage.

A coup sur, je lirais la suite, Le Lac. Je sais dorénavant à quoi m’attendre (plus ou moins) dans cette suite qui se déroule en huis-clos au milieu du Lac.

 

L’imprévu de Chris Bohjalian – Cherche Midi Editions : 5/5
Résumé
Dans une paisible banlieue de New York, Richard et Kristin Chapman mènent avec leur fille Melissa une existence tranquille. Ce sont des gens bien, en sécurité dans un environnement aisé où ni le danger ni l’imprévu n’ont leur place. Un soir, ils acceptent de prêter leur maison à Philip, le frère de Richard, qui veut y enterrer sa vie de garçon. Richard reste pour veiller en cas de débordements tandis que Kristin emmène leur fillette chez sa mère à Manhattan. Mais, au beau milieu de la nuit, elle reçoit un appel de Richard. Quelque chose est arrivé.

Mon avis en bref
Un roman au thème imprévu : la prostitution de mineures russes. Comment ce thème se retrouve dans un livre qui démarre par un enterrement de vie de garçons ? Vous allez vite le savoir. Foncez sur ce récit poignant et émouvant d’une jeune adolescente dont la vie à tristement basculée et celle d’une famille américaine qui voit aussi sa vie s’effondrer. Différemment mais aussi réellement.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Eclipse de vie de Fabienne Kisvel – Librinova : 4/5
Résumé
Mathilde, jeune et belle avocate, heureuse et amoureuse, voit sa vie basculer dans l’horreur…
Une lutte pour la vie et bientôt pour la mort l’oppose brutalement à ses tortionnaires.
Immergés dans le corps et l’esprit de la jeune femme, nous vivons son calvaire, pas après pas, dans un huit clos éprouvant.
Quelqu’un viendra-t-il la rejoindre ? Qui pourra la délivrer ?

Mon avis en bref
Un très bon roman noir psychologique glaçant de réalisme. Ecrit par une psychologue et basé sur des faits réels, il vous empêchera de dormir par sa violence et son côté addictif !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

L’anneau de Moebius de Franck Thilliez – Pocket : 5/5
Résumé
Pour sa première enquête, Victor Marchal aborde son métier de flic par sa face la plus noire : une actrice du porno torturée, une plongée dans le monde des déviants sexuels et des monstres de la nature.
Depuis toujours, Stéphane Kismet est hanté par des images prémonitoires, mais cette fois elles obéissent à une terrifiante logique. Dans ses rêves, Stéphane possède une arme, il est recherché par la police, une petite fille est morte…
Les trajectoires de Victor et Stéphane vont se rejoindre.
L’un n’a encore rien vu, l’autre ignore qu’il sait déjà tout…

Mon avis en bref
Avis

 

Le journal intime d’un chat acariâtre de Frédéric Pouhier et Susie Jouffa – First Editions : 5/5
Résumé
Dans ce livre à mourir de rire, découvrez le quotidien d’un chat hors du commun… et pourtant si réaliste !
Vous allez adorer le détester !

Mon avis en bref
Un journal intime décalé et plein d’humour. On adore effectivement détester ce chat imbuvable et hautain. Ayant quatre chats à la maison, j’ai bien réussi à me mettre dans la peau d’Edgar et je me suis amusée à imaginer ce que les miens pouvaient bien se dire !
Heureusement que la plume est bonne. C’est ce qui fait tout le roman ! A déguster avec des croquettes 🙂

 

Pour finir ce bilan, je remercie Robert Laffont et la collection La Bête Noire, Le Cherche Midi et Hugo et Compagnie et la collection Hugo Thriller pour leur confiance.