Le livre sans nom d’Anonyme

Ma note : 5/5

Résumé de l’éditeur

Santa Mondega, une ville d’Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets.
Un serial killer qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom. La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique. Deux flics très spéciaux, des barons du crime, des moines férus d’arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d’œil à Seven et à The Ring, et voilà le thriller le plus rock’n’roll et le plus jubilatoire de l’année ! Diffusé anonymement sur Internet en 2007, cet ouvrage aussi original que réjouissant est vite devenu culte.

Ce que j’en ai pensé

J’ai lu ce roman en lecture commune avec Flo & Books et Les Lectures du Chat-Pitre.

La rumeur dit que ce roman d’un auteur anonyme aurait en fait été écrit par Quentin Tarantino lui-même ! En bon mouton influençable que je suis parfois et en grande fan de Tarantino (que ce soit pour ses films réalisés, produits ou scénarisés), j’ai aimé avant même de l’entamer !

Je vous rassure, ce sentiment s’est confirmé pendant la lecture. J’avais l’impression d’être dans un film de Robert Rodriguez produit et écrit par Quentin Tarantino, genre Une nuit en enfer ou Planete Terreur. C’est couillu, sanglant, complètement barré et sexy ! Le tout premier chapitre et les scènes qui se passent au Tapioca Bar (que je visualisais comme le bar d’Une nuit en enfer) m’ont fait penser aux ambiances western testostéronés à la tension extrême de Django Unchained et Les Huit Salopards. Ca se tire dessus et ça crache par terre ! D’ailleurs un des personnages, le Jefe, m’a fait penser tout du long à Machete (joué par Danny Trejo).

Le plus robuste des deux, un homme du nom de Jericho, chiquait, et un léger filet brun s’écoulait à la commissure de ses lèvres.

Et bam ! Les vampires arrivent. C’était déjà parti en sucette avant mais là c’est le pompon ! Les références à Freddie Prince Junior, Buffy contre les vampires, l’Arme Fatale 2… et les débats cinématographiques des deux flics qui s’occupent de l’enquête sur les films et acteurs des années 80/90 tombent comme un cheveu sur la soupe et rendent le roman encore plus aberrant.

Bref, j’ai adoré ! Et je lirai très probablement la suite ! Le roman se suffit à lui seul mais les suivants apportent quelques réponses supplémentaires sur les uns et les autres.